La migration ou la question du siècle

Nouzha Chekrouni, ministre déléguée auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération chargée des Marocains résidant à l’étranger, participe à Genève aux discussions de la session annuelle du Conseil de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), organisée sous le thème de «La migration dans un monde globalisé ». Les travaux de cette 86-ème session du Conseil de l’OIM, qui ont lieu du 18 au 21 novembre au Palais des Nations, ont démarré avec un exposé de Gervais Appave, directeur du programme de recherches et de politiques migratoires de cette institution intergouvernementale, dans lequel ce responsable a fait le point sur les tendances migratoires et sur l’impact de la libéralisation mondiale sur la migration. Dans une communication à la presse, M. Appave relève comment, « alors qu’en matière de commerce, des mesures importantes ont été prises pour libéraliser les échanges de capitaux, de biens et de services, le domaine de la migration reste négligé ». L’OIM rappelle que « la migration constitue l’une des plus grandes questions de ce début de siècle. Avec quelque 175 millions de personnes résidant hors de leur pays d’origine, aucun Etat ne peut prétendre être épargné par la migration ». Les débats de la journée de mardi ont porté sur quatre principaux domaines de politiques migratoires qui constituent les piliers de la gestion migratoire: migration et développement, migration assistée, contrôle de la migration et migration forcée. A l’occasion de la session d’ouverture, cinq chefs d’agences internationales, qui forment le nouveau « Groupe de Genève sur la question migratoire » (GGM) prendront la parole pour exposer leurs perspectives dans le domaine de la gestion de la migration internationale. Au deuxième jour du Conseil, des responsables gouvernementaux chargés des politiques migratoires feront le point sur les derniers développements en matière de migration, en abordant notamment les processus régionaux tels que le Dialogue de la Méditerranée occidentale dit « 5+5 » ou le Forum sud-américain sur la migration. Mme. Chekrouni devrait intervenir pour faire le point sur « le dialogue sur la migration en Méditerranée occidentale » (processus dit « 5+5 »). Lors de cette 86ème session de l’OIM, la République de Malte est admise en tant qu’Etat membre, ce qui porte à 102 le nombre des Etats membres de l’institution intergouvernementale. La Ligue des Etats arabes, l’American Jewish Joint Distribution Committee (JDC), le Center for International Migration and Integration (CIMI) et le Service jésuite des réfugiés, se sont portés candidats en qualité d’observateurs, indique l’OIM.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *