La mise en valeur de l’action sociale

L’année 2001 a été caractérisée, sur le plan social, par plusieurs actions. Il s’agit notamment de la création d’une commission consultative royale chargée de la révision de «la Moudawana», la campagne de solidarité et autres initiatives de la Fondation Mohammed V, l’annonce par le Souverain de la création de l’Institut royal pour la culture Amazigh et l’institution du Diwan Al Madhalim, l’opération transit-2001 et les facilités administratives instaurées par la Fondation Hassan II pour les MRE, la mise en application de certains articles de la charte nationale de l’éducation et de formation, les efforts déployés en vue de désenclaver le monde rural, la scolarisation de la fille rurale, etc.
Cependant les espoirs suscités, en ce qui concerne l’assurance maladie obligatoire, sont restés lettres mortes. L’année 2001 a été bénéfique pour les femmes. La réforme de la «Moudawana» est en marche. Les six sous-commissions, issues de la commission mère que préside, M. Driss Dahak, étudient actuellement les thèmes principaux de la réforme du code du statut personnel ; à savoir le contrat de mariage et ses effets, la dissolution du mariage, la capacité et la représentation légale, le testament et la succession. S’agissant de la solidarité et la lutte contre la pauvreté, le bilan de l’année est largement positif. En plus de la reconstruction et l’équipement de plusieurs centres sociaux, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a organisé pour la quatrième année consécutive «l’opération ramadan». L’opération a mobilisé une enveloppe de 70 millions de dirhams, dont 58 en milieu rural.
1.300.000 repas ont été distribués dans les périmètres urbains et dans 71 villes. Pour le rural, l’opération a porté sur la distribution de denrées alimentaires. Cette distribution a bénéficié à 406.400 familles, soit 2.032.000 bénéficiaires répartis sur 1.266 communes. En ce qui est de l’accueil des Marocains résidants à l’étranger (MRE), l’opération transit-2001 a été marquée par les facilités administratives instaurées par la Fondation Hassan II pour les MRE et la visite inopinée du Souverain au port de Tanger pour s’enquérir des conditions d’accueil réservées aux MRE. Plus d’un million de MRE ont visité le Maroc pendant l’année écoulée. Au niveau de l’enseignement, l’année a été caractérisée par la mise en application de certains articles de la charte nationale de l’éducation et de formation. Il s’agit notamment d’un seul examen pour les élèves du terminal au lieu d’examens semestriels, la formule du cycle de l’intégration permettant aux enfants âgés de 9 à 11 ans ayant interrompu leur scolarité ou n’ayant pas été inscrits auparavant de rejoindre les rangs de l’école et le rétablissement des examens du certificat d’études primaires à partir de l’année scolaire en cours.
Il faut dire que la majorité des actions sociales ayant caractérisé l’année écoulée sont à mettre à l’actif du Souverain et de la société civile. L’action gouvernementale aurait été marquée, si le dossier de l’assurance maladie obligatoire a été mis au point.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *