La mortalité infantile en net recul au Maroc

La mortalité infantile en net recul au Maroc

L’Unicef note qu’elle est passée de 63 décès pour 1.000 naissances en 1990 à 23/1000 en 2016

La première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans reste les maladies infectieuses telles que les diarrhées et les infections respiratoires aiguës.

La mortalité infantile continue de reculer au Maroc. C’est ce que révèle l’Unicef dans son dernier rapport intitulé «Niveaux et tendances 2017 en matière de mortalité infantile». Le document signale qu’en 1990, 80 enfants sur 1.000 décédaient avant d’atteindre l’âge de 5 ans. En 2016, ce chiffre a considérablement diminué pour atteindre 27 décès pour 1.000 naissances, ce qui représente une baisse moyenne annuelle de 4,1% pendant 26 ans. Dans la lutte contre la mortalité infantile, le Maroc a enregistré de réels progrès, passant de 63/1.000 à 23/1.000 en 2016. La mortalité néonatale concerne 18 naissances sur 1.000. En effet, le ratio des nouveau-nés décédés avant 28 jours, au cours de la période, a chuté de 36 à 18 pour 1.000.

Depuis 1990 le taux de mortalité néonatale est passé de 26 décès pour 1.000 naissances vivantes à 13/1.000 en 2016, ce qui montre que le Maroc est proche des Objectifs de développement durable (ODD) qui sont fixés à 12/1.000 à l’horizon 2030. Rappelons à ce sujet qu’en mai dernier, lors de la présentation des résultats de la 6e enquête nationale sur la population et la santé familiale-2017, le ministre de la santé El Houcine Louardi avait mis en exergue les efforts du Maroc dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile.  Cette enquête qui a été effectuée sur un échantillon de 121.725 ménages répartis sur les 12 régions du Maroc avait révélé une réduction du ratio de la mortalité maternelle à 39% en milieu urbain et de 25% en milieu rural. Pour ce qui est de la mortalité infantile qui fait partie de la deuxième partie de l’enquête, le ministre a indiqué que les chiffres ne seront dévoilés qu’à la fin de l’année. Se basant  sur les anciens chiffres, le ministre de la santé avait fait remarquer une baisse importante des décès avec 47 décès infantiles pour 100.000 naissances vivantes en 2010 à 30,5 en 2014.  La première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans reste les maladies infectieuses telles que les diarrhées et les infections respiratoires aiguës. Pour les nouveau-nés, un tiers des décès est dû à des complications liées à une naissance prématurée ou bien à l’accouchement. Globalement, d’importants progrès ont été réalisés au cours des dernières décennies à l’échelle mondiale pour réduire la mortalité. Dans son rapport, l’Unicef note que le nombre de décès d’enfants de moins de 5 ans n’a jamais été aussi bas : 5,6 millions en 2016, contre près de 9,9 millions en 2000. En revanche, les décès néonatals ont explosé. En 2016, 7.000 nouveau-nés sont morts chaque jour, soit 2,6 millions d’enfants. L’organisme onusien estime que la plupart de ces morts peuvent facilement être évités grâce à un  accès plus large à des professionnels de santé et sages-femmes qualifiées  tout en encourageant d’autres mesures, notamment  la vaccination, l’allaitement maternel, l’accès aux médicaments  ainsi que l’amélioration des conditions sanitaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *