La paix des braves

Le Maroc a accompli son devoir de pays initiateur de paix et de rapprochement. Belle poignée de main entre les trois chef d’État guinéen, libérien et Sierra-Léonais, qui augure d’une nouvelle page dans cette partie de l’Afrique de l’Ouest, à l’issue du sommet de réconciliation organisé à Rabat sous les auspices de S.M le Roi.
Le Maroc a réussi, en effet, à mettre d’accord les trois présidents Lansana Conté, Charles Taylor et Ahmad Tejan Kabbah , à l’issue du sommet de réconciliation organisé 27 février à Rabat. Convoqué sous les auspices de S.M le Roi Mohammed VI avec la bénédiction de l’ONU, ce sommet était difficile à tenir jusqu’ici. Il a fallu la médiation marocaine, sur proposition de Kofi Annan, pour que la situation se débloque. Tous les espoirs sont aujourd’hui permis.
Objet de cette rencontre : discuter de la situation dans la sous-région de l’Union du fleuve Mano en proie depuis quelque temps à des conflits meurtriers et ravageurs. Les trois chefs d’État se sont engagés dans l’accord tripartite paraphé à Rabat de rétablir la sécurité le long des frontières communes de leurs pays respectifs, de rapatrier leurs réfugiés et de réactiver l’union régionale mise en veilleuse. Les spécialistes des pays en question réunis au sein d’un comité de sécurité conjoint (CSC) vont se retrouver lundi à Freetown pour veiller à l’application des engagements pris par les uns et les autres.
Les protagonistes, tout en se félicitant de l’initiative royale, ont exprimé à l’unisson leur volonté de poursuivre le dialogue à tous les niveaux, de promouvoir la confiance mutuelle, de consolider la paix, la compréhension, le bon voisinage et le développement de la coopération « .
En effet, il faut beaucoup de détermination pour pacifier les trois pays de l’Afrique de l’Ouest. Il faut d’abord commencer par désarmer les rebelles que chaque président accuse de vouloir renverser son régime. Maintenant que le Maroc a réussi à mettre les trois dirigeants africain autour d’une table, la communauté internationale, l’ONU en tête, est appelée de son côté à assurer le suivi du dossier pour parvenir à une paix définitive dans la région du fleuve Mano.Le Maroc, terre de paix et carrefour des initiatives de réconciliation, a fait franchir un grand pas au retour de la confiance dans une zone meurtrie par la guerre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *