La patate devient de plus en plus chaude

Le ministre de l’Emploi Abbas El Fassi a été interpellé, mercredi 3 juillet, lors de la séance des questions orales, par des députés de l’UC sur l’affaire des 30.00 emplois d’AL Najat marine Shipping. Le ministre a expliqué que les candidatures furent recueillies par 5 agences d’intérim désignées à cette fin (exit l’Anapec), que l’ensemble des wilayas ont participé dans cette opération et que les dossiers des postulants étaient préparés dans un délai de 24 heures.
Au moins, la célérité y était. M. El Fassi a ajouté que la clinique qui a obtenu le monopole du contrôle médical des candidats a été choisie par l’agence Al Najat elle-même et que par conséquent son ministère n’a rien à voir dans cette affaire. Le ministre istiqlalien est revenu ensuite sur les garanties qu’aurait donné l’intermédiaire émiarti à Chafik Rached au cas les malheureux candidats ne seraient pas engagés comme promis à bord de bateaux de croisière. Teneur de ces assurances : les candidats aux futurs ex-emplois en haute mer seraient indemnisés et récupéreraient chacun les 900 Dhs du certificat médical ainsi que 200 Dh au titre des frais de transport. C’est ce qui s’appelle un tir de barrage destiné à rassurer les intéressés…
Pendant ce temps, certaines informations recueillies auprès de nos correspondants régionaux font état de la poursuite de l’opération de dépôt de candidatures à Fès et à Taza. Ici, les bureaux régionaux de l’Anapec viennent de demander aux associations des diplômés chômeurs de leur fournir chacune une liste de 15 personnes. Les candidats devaient faire, vendredi 5 juillet, le pèlerinage médical à la clinique Dar Salam. Le tiroir-caisse est toujours ouvert…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *