La petite Wiam a frôlé la mort

La petite Wiam a frôlé la mort

L’agression sauvage dont a été victime la petite Wiam, âgée de seulement 10 ans, a suscité un profond émoi dans notre pays. La jeune fille qui vit dans un village à près de 60 km de Sidi Kacem a été agressée alors qu’elle tentait de chercher de l’eau dans un puits. Un homme du douar est arrivé derrière elle et a tenté de la violer. La petite fille a tenté de résister au pédophile qui lui  a asséné plusieurs coups au visage à l’aide d’une faucille. Wiam au visage totalement défiguré a fini par être prise en charge par un bienfaiteur marocain dans une clinique privée de Casablanca où elle a été opérée. Contacté par ALM, l’Association marocaine  des droits humains (AMDH) section de Sidi Kacem en charge du dossier indique que «Wiam a été opérée mercredi 24 avril à la clinique Al Chifaa et que son état de santé est stable». Sans une vidéo circulant sur Facebook où la mère de l’enfant révoltée et anéantie fait appel à la générosité des citoyens, l’état de santé de Wiam se serait détérioré et ses blessures sur le visage se seraient davantage aggravées. Sur la vidéo, le visage de l’enfant est enflé et présentant plusieurs points de suture, d’ecchymoses et de balafres. Elle a également subi un  important traumatisme à l’œil droit  à tel point qu’elle risque de perdre la vue. Toute  cette souffrance physique  aurait pu être allégée  si les médecins et les ambulanciers avaient correctement leur travail. Mais au lieu de venir en aide à la petite Wiam en lui offrant les soins de base nécessaires dans un cas aussi urgent, ils l’ont complètement délaissée. Le jour de l’agression, samedi dernier, la famille de la jeune fille n’a trouvé  aucun moyen de locomotion pour la transporter à l’hôpital le plus proche.
Finalement, ils réussiront à trouver un taxi pour l’emmener dans un hôpital de Sidi Kacem. Une fois à l’hôpital, les médecins ont fait preuve de négligence. «Ils ont cousu son visage de façon aléatoire tout comme un sac de pomme de terre et lui  ont mis par la suite un pansement sur le visage», raconte un membre de l’AMDH-Sidi Kacem. La jeune fille   a ensuite été transférée à l’hôpital Idrissi à Kénitra où elle n’a reçu aucun soin. «Elle est restée avec le même pansement depuis le jour de l’agression. Aucun infirmier ou médecin ne s’est donné la peine de le changer», souligne la même source. Ce n’est que lundi, le jour de la publication de la vidéo, qu’un bienfaiteur a décidé de venir en aide à la petite fille en la prenant totalement en charge. Celui-ci a imposé à la famille de ne pas révéler son identité. Dans cette affaire, les membres de l’AMDH pointent du doigt l’immobilisme du ministère de la santé. «Qu’est-ce qui justifie l’absence du ministère ? Pourquoi cette négligence totale dans les deux hôpitaux  où l’enfant a été reçue?», s’interroge l’association. Quant à l’agresseur de la victime, selon les données de l’AMDH-Sidi  Kacem, il s’agirait de B. C. , un habitant du douar,  âgé  de 48 ans et père de 6 enfants.
L’agresseur souffrant d’un trouble mental a été placé à l’hôpital psychiatrique  Ar-Razi de Salé. Ce drame a semé la terreur dans le douar à tel point que les enfants n’osent plus aller à l’école. Suite aux actes violents subis par Wiam, une marche sera organisée, dimanche 5 mai, à Casablanca. Celle-ci débutera à 10h devant le Mégamara jusqu’au parc Sindibad. Un moyen de rendre hommage à cette petite fille ainsi qu’aux enfants victimes de violences dans notre pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *