La presse tunisienne au féminin

L’Union Nationale de la Femme Tunisienne (UNFT) a organisé samedi dernier une conférence sous le thème: « la presse féminine en Tunisie ». Lors de la séance d’ouverture de cette conférence, Mme Néziha Ben Yedder, ministre des Affaires de la femme et de la Famille a estimé que le nombre de la presse féminine en Tunisie va en augmentant grâce aux mesures incitatives de l’Etat. Et d’ajouter les divers médias et particulièrement la radio et la télévision accordent une part importante à la femme pour faire entendre sa voix et faire connaître ses positions vis-à-vis de différentes questions ainsi que le rôle qu’elle joue au sein de la société aux niveaux économique, culturel et social.
De son côté, Abdelwaheb Abdellah, ministre conseiller, porte-parole officiel de la présidence de la République tunisienne, a indiqué, dans une allocution de clôture, que la Tunisie a toujours considéré la promotion de la femme dans tous les domaines comme la clé de tout progrès, rappelant la large participation de la femme à la vie publique et sa présence accrue aux postes de décision et de responsabilité. Il a souligné la nécessité d’élaborer un discours médiatique qui traduit bien le degré de liberté atteint par la société tunisienne, ajoutant que l’édification démocratique est indissociable d’une participation active et entière de la femme. En marge de cette rencontre, des femmes tunisiennes ont estimé que l’image de la femme tunisienne dans les médias tunisiens est positive. Pour Mme Chadlia Boukhchina, présidente de l’UNFT, l’image de la femme était limitée, négative et modeste par le passé. aujourd’hui, a-t-elle ajouté, il y a de plus en plus d’articles sur la femme qui s’intéressent à ses problèmes et analysent de plus en plus positivement et objectivement ses expériences dans tous les domaines.
Toutefois, a-t-elle poursuivi, il reste encore des choses à faire, constatant que certaines publicités véhiculent une image négative de la femme occultant ses qualités en tant que femme citoyenne, productrice, et laborieuse. De son côté, Mme Amina Soula, directrice de l’information et de la communication au Centre Tunisien de Recherches, d’Etudes, de Documentation et d’Information sur la Femme (CREDIF), a indiqué que les résultats des travaux de l’observatoire du centre, ont révélé qu’il y a une volonté de faire correspondre le discours médiatique au discours politique du pays.
Toutefois, a-t-elle ajouté, il existe une ambivalence et une ambiguïté au niveau du contenu de certains médias et c’est l’aspect négatif qui a le plus d’impact sur l’opinion publique et sur son imaginaire, a-t-elle estimé. Pour sa part, Mme Zahra Ben Ramdane, Dg de la communication et de l’information au ministère des Affaires de la femme et de la Famille, a relevé qu’au niveau de la femme tunisienne dans la presse, il y a une grande amélioration ces dernières années. Malgré cette amélioration, a-t-elle ajouté, il existe certains stéréotypes. La commission de suivi de l’image de la femme dans les médias a élaboré un plan d’action en direction des milieux concernés, a-t-elle rappelé précisant que le but n’est pas de donner une image idéale de la femme, mais de traiter de ses différents rôles au sein de la société avec objectivité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *