La Princesse qui aime les enfants

La Princesse qui aime les enfants

Initiée sous le thème « Une décennie pour l’enfant », la 10-ème édition du congrès national des droits de l’ Enfant organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et la présidence effective de SAR la Princesse Lalla Meryem a été consacrée à l’étude de points précis.
La séance d’ouverture de ce congrès a été marquée par un message adressé aux participants par SM le Roi et dont lecture a été faite par SAR la Princesse Lalla Meryem.Les congressistes ont examiné les différents moyens pour favoriser la promotion de l’enfant en général. Il est désormais question d’élaborer une stratégie nationale bien définie dans ce sens. Les participants ont souligné surtout la nécessité de la mise en place d’une banque de données ainsi qu’un espace de communication et d’information dédié à ce domaine. Un objectif qui ne peut être réalisé qu’à travers le soutien des différents intervenants dans le domaine de la protection de l’enfance et en renforçant leurs capacités et en élargissant leurs champs d’action.
Les congressistes ont focalisé l’intérêt sur le secteur de la santé, autrement dit, le cadre d’intervention de toutes les parties concernées en vue de la mise en place d’une société capable de garantir un environnement digne de ses enfants. Ils ont appelé à l’adoption d’approches globales susceptibles de définir les priorités dans ce domaine, dans la perspective de mettre en place un plan national permettant de mettre les infrastructures disponibles au service des besoins prioritaires.
Les participants a cette rencontre ont, en outre, appelé à accorder un intérêt accru aux enfants établis à l’étranger et aux enfants séquestrés dans les camps de Tindouf, et à honorer les engagements internationaux pris par le Maroc dans le domaine des droits de l’Enfant. La mise en place de mécanismes à même de garantir une protection efficace de l’enfant contre la violence et l’exploitation, d’améliorer la qualité des programmes d’enseignement et d’accorder un plus grand intérêt à la santé de l’enfant et de l’adolescent, tel est le sens des nombreuses recommandations formulées par les groupes de travail lors de ce congrès.Les participants ont, par ailleurs, insisté sur la nécessité de revoir les programmes et les méthodes d’enseignement pour mieux répondre aux besoins des bénéficiaires et des formateurs. Ils ont appelé à la dynamisation des lois relatives à l’enseignement obligatoire et à la généralisation de l’enseignement ainsi que de l’expérience des écoles communautaires en milieu rural.
Présent lors de ce congrès, le président de la Chambre des représentants, Abdelouahed Radi, n’a pas manqué de prononcer une allocution. Il a appelé à redoubler d’efforts pour améliorer la situation de l’enfant au Maroc, ajoutant que la protection de l’enfant constitue l’une des priorités nationales et un pari de l’avenir. Ont pris part à la session de clôture de ce congrès le Premier ministre, Driss Jettou et plusieurs membres du gouvernement ainsi que des représentants des organisations de la société civile.
Depuis le début des années 90, plusieurs initiatives ont été lancées dans le domaine de la protection et des droits de l’Enfant. Le Parlement de l’enfant, l’Observatoire national des droits de l’Enfant, les clubs d’enfants du ministère de la Jeunesse et de la Ligue marocaine pour la Protection de l’enfance, les conseils municipaux de l’enfant, les comités juniors et les mouvements du scoutisme, etc.
Plus encore, l’insistance de SM le Roi en personne à chaque occasion pour s’occuper davantage des enfants et l’implication directe et effective de SAR la Princesse Lalla Meriem dans le domaine de la protection de l’enfance témoignent de la place qu’occupe cette couche importante de la société dans notre pays.
Dailleurs lors de ce 10ème congrès, le coordinateur du système des Nations unies, Emmanuel de Casterlé, a salué l’engagement du Maroc en faveur des enfants, affirmant que l’action du Maroc dans ce domaine « mérite félicitation, encouragement et appui ».Dix ans après le Sommet mondial, a-t-il dit, le Maroc a encore fait preuve d’une large mobilisation qui a coïncidé avec un processus de démocratisation et de modernisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *