La promesse extrême-orientale

Une tournée de plus de deux semaines qui aura permis au souverain, accompagné d’une forte délégation de membres du cabinet royal, de membres du gouvernement, d’officiers supérieurs des différents corps d’armée et d’opérateurs économiques, de jeter lors des différentes étapes les jalons d’une coopération nouvelle avec les pays amis, renforçant les acquis et ouvrant de nouvelles voies d’entente dans tous les domaines.
Une visite aussi qui, par son timing, à quelque brassées d’échéances électorales cruciales pour l’avenir du pays, sa durée et aussi la qualité de la délégation officielle qui y a pris part, témoigne à plus d’un titre de la sérénité du royaume. Sérénité avec laquelle il s’apprête à négocier un tournant important de son histoire récente. Sérénité avec laquelle les affaires de l’Etat sont gérées et enfin sérénité avec laquelle le Maroc se tourne vers des partenaires « nouveaux » tout en renforçant ses liens avec ses amis de toujours.
La visite officielle entamée le 5 février par SM le roi en république populaire de Chine, à l’invitation du président Jiang Zemin, aura permis de capitaliser des liens d’amitié de plus de quarante ans, jamais démentis entre le royaume et la république populaire et de leur donner cet élan coopératif qui n’arrivait pas à prendre de l’essor.
Il s’agissait avant tout de faire fructifier sur un plan concret ces excellentes relations diplomatiques établies entre Rabat et Pékin du temps de Mao Zedong. De mettre en oeuvre la passerelle établie entre les deux pays lors de la visite officielle du Premier ministre Abderrahman Youssoufi en Chine. D’ouvrir des horizons nouveaux vers un pays appelé à être l’un des poids lourds de l’OMC et fort d’un marché colossal de millions et millions de consommateurs, promesse de débouchés extraordinaires pour les produits marocains.
L’accueil qui a été réservé a SM le Roi, les entretiens que le souverain a eus avec le président Jiang Zemin, le Premier ministre Zhu Rongji, le ministre de la Défense, Chi Haotian, le président du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois, Li Ruihuan et le président du comité permanent de l’assemblée populaire nationale, Li Peng, sont autant de promesses d’un avenir florissant des relations bilatérales. Les intenses activités de la délégation officielle marocaine en terre chinoise et la moisson considérable de conventions de partenariat entre les deux parties, témoignent aussi du succès de cette visite. Loin de tout retentissement médiatique. Sur une dimension plus en harmonie avec les rapports entre les deux pays, s’inscrivant dans la durée, la solidité et le développement permanent. La déclaration conjointe sanctionnant la visite officielle du souverain en Chine, l’illustre parfaitement et signe l’acte de naissance d’une ère nouvelle de partenariat, sous-tendu par une communauté de vues politique.
La visite officielle de SM le Roi en Chine aura été l’étape principale de cette tournée royale en asie. Son bilan positif et prometteur n’occulte en rien les pas franchis lors des étapes du souverain en Arabie Saoudite, en Thaïlande et aux Emirats Arabes Unis. Si les relations entre Rabat et Ryad n’ont jamais eu besoin d’être renforcées, le séjour du souverain et de la délégation officielle marocaine en terre saoudienne, placé sous le signe de l’amitié et de la fraternité, aura permis de souligner cette constante de concertation entre les deux pays, tous deux animés d’un souci permanent de consolidation du rang arabe et islamique.
L’étape royale en Thaïlande se sera soldée par la décision de créer une haute commission mixte, lors de l’audience accordée par le souverain au Premier ministre thaïlandais, Thaksin Shinawatra. Une nouvelle étape est ainsi inaugurée dans le processus d’ouverture du Maroc sur des partenaires orientaux.
Aux Emirats Arabes Unis, où le souverain est arrivé dimanche 17 février pour une visite de fraternité et d’amitié, C’est un capital solide de partenariat qu’il s’agit de renforcer davantage encore sur les plans politique, économique, social et culturel. Un partenariat exemplaire qu’illustrent parfaitement les résultats de la deuxième commission mixte de coopération maroco-émiratie, tenue à Rabat en juin dernier. Mais au delà de cette dimension bilatérale, c’est une nouvelle fois la dimension panarabe du Maroc, en tant qu’acteur principal de la scène arabe et proche-orientale que met en exergue cette dernière étape, tout comme le périple royal en orient.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *