La prostitution des mineures

Les éléments de la police judiciaire du troisième arrondissement à Rabat ont procédé dernièrement à l’arrestation d’une “patronne” d’un réseau de prostitution réservé exclusivement aux jeunes filles de moins de 16 ans. La proxénète, accompagnée de cinq adolescentes, âgées de 15 ans, a été arrêtée au moment où elle s’apprêtait à s’embarquer dans une voiture à destination d’une villa de luxe pour une soirée de folie. Les mises en causes ont été présentées vendredi dernier devant la justice.
L’affaire interpelle à plus d’un titre. Et aucune cause ne justifie ce drame social et humain.
Il faut dire que le proxénétisme des mineures tend à devenir un marché financier faramineux dans lequel la proxénète exploite l’ignorance, la naïveté, l’échec de la scolarisation, la destruction de la cellule familiale et surtout la pauvreté des adolescentes. Si les jeunes filles « de joie » monnayent leur faveur en contrepartie de la possibilité de survivre, le commerce de leur corps génère des énormes bénéfices aux entremetteurs. Ce qui a poussé des proxénètes à gérer clandestinement des locaux pour le « travail sexuel », même si leur activité est harassante et risquée. Les jeunes prostituées deviennent ainsi des « travailleuses du sexe » ou des «professionnelles de la sexualité» sans se rendre compte.
Les clients de cette « industrie du sexe », en majorité, n’ont pas malheureusement encore réfléchi ou ne veulent pas voir l’exploitation et la souffrance qu’implique le phénomène, en plus, bien entendu, des maladies sexuellement transmissibles.
Les problèmes de cet état de choses prennent une autre tournure sociale lorsque la prostituée mineure tombe enceinte. Dans notre société, on le sait, les mères célibataires n’ont pas de place. Elle ne les reconnaît pas et ne les accepte pas. Ces mères célibataires, qui endurent énormément et silencieusement des souffrances, représentent la honte sous toutes ses formes. Elles sont exclues et poursuivies judiciairement.
Les problèmes et les souffrances ne s’arrêtent pas là. L’enfant, innocent parce qu’il n’a commis aucun crime, né de ces rapports sexuels, souffre pendant toute sa vie. Il grandit généralement dans les orphelinats sans aucune reconnaissance de parenté. Avec l’étiquette de bâtard, il est très difficile d’établir une filiation quelconque. Dès qu’il se rend compte de sa « situation », il se révolte contre la société.
Le vieux métier dans le monde a toujours été encouragé par la pauvreté. Et lorsque cette dernière est exploitée par des proxénètes, le phénomène provoque des conséquences néfastes pour la société. Et si l’on s’amuse à demander à un homme, une femme, même à une prostituée, s’il souhaite voir sa femme, sa soeur ou son fils devenir prostitué, la réponse fut dans tous les cas négative.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *