La psychose s’installe dans la ville du détroit: Recrudescence des crimes à Tanger

La psychose s’installe dans la ville du détroit: Recrudescence des crimes à Tanger

Après de multiples crimes et délits, dont l’agression dernièrement d’un gardien de prison, la situation sécuritaire à Tanger suscite la colère des habitants, en particulier des quartiers périphériques ou ceux jugés très sensibles.

La plupart des Tangérois attribuent la prolifération de la criminalité essentiellement à une répartition non équilibrée des forces de l’ordre sur l’ensemble du territoire urbain. D’aucuns disent éviter de passer, même en plein jour, dans certains quartiers, et ce de peur pour leurs vies et leurs biens. D’autant plus que plusieurs crimes et délits à Tanger ont été ces derniers temps commis bien avant la tombée de la nuit. Le harcèlement des femmes et jeunes filles, même accompagnées, est devenu monnaie courante. D’ailleurs, le parc Perdicaris a été le théâtre, le week-end dernier, d’un meurtre sordide qui aurait pu être évité et épargner par conséquent la vie à un jeune qui se trouvait sur les lieux avec sa petite amie. Selon les services de la police, la victime et la jeune femme ont été prises à partie par une personne qui voulait leur barrer le chemin.

Le jeune homme a vite réagi en essayant de faire face à son agresseur. Munis tous deux d’une arme blanche chacun, ils se sont violemment battus. Cette bagarre a vite viré au drame en l’absence des forces de l’ordre dans un des lieux publics les plus fréquentés de la ville pendant les week-ends. Car le jeune homme s’est vu asséner par l’autre un coup de couteau à la cuisse gauche. Le mis en cause a pris la fuite après avoir constaté la gravité de la blessure de sa victime. Celle-ci a rendu l’âme peu de temps après à l’hôpital. Les recherches sont, selon un communiqué émis dernièrement, en cours pour arrêter le mis en cause. La source policière a tenu à préciser, à travers ce même communiqué, que la victime n’a pas trouvé la mort en essayant de protéger la jeune femme «d’une agression sexuelle», comme cela a été relayé par certaines médias. Mais sans préciser le vrai mobile du suspect pour commettre ce crime et le genre de relations qui existait entre celui-ci et sa victime.

Il est à noter que la série de meurtres et agressions commis ces derniers temps à Tanger n’ont pas été perpétrés tous  pour vol, mais aussi par vengeance ou par simples règlements de comptes entre des personnes en désaccord ou en conflit. Comme c’est le cas d’un gardien de prison qui s’est vu attaquer dernièrement à l’arme blanche peu de temps après sa sortie de son travail. La victime a pu s’échapper non pas sans blessures des mains de ses quatre agresseurs et d’éviter ainsi l’irréparable. Ces derniers sont soupçonnés d’être des repris de justice ayant commis leur crime par vengeance envers le gardien de prison.

Rappelons que Tanger bénéficie, comme chaque grande métropole, de grands renforts policiers pendant les grandes fêtes (comme celle de Noël) ou la saison estivale, qui connaissent généralement une grande affluence des visiteurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *