La réforme de l’école en marche

La réforme de l’école en marche

Avec la cérémonie du 17 septembre, SM le Roi a montré une fois de plus qu’il y veille personnellement

Said Amzazi a dévoilé un bilan d’étape et du programme exécutif dans le domaine du soutien à la scolarité et de la mise en œuvre de la réforme de l’éducation et de la formation.

Consolidation du programme «Tayssir», généralisation du préscolaire, renforcement des prestations d’hébergement, de restauration et de transport scolaire, amélioration des prestations sociales au profit des étudiants, meilleure adéquation entre formation et emploi, telles sont les grandes mesures du nouveau programme du ministère de l’éducation nationale. Dans un exposé devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le lundi 17 septembre au Palais royal à Rabat, le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, Said Amzazi a dévoilé un bilan d’étape et du programme exécutif dans le domaine du soutien à la scolarité et de la mise en œuvre de la réforme de l’éducation et de la formation.

Ce nouveau programme qui prend en compte les recommandations de la Vision stratégique de la réforme 2015-2030 donnera une forte impulsion aux programmes sociaux dans le but de lutter contre les entraves socioéconomiques à la scolarisation. Zoom sur les engagements phares d’Amzazi.

Renforcement du programme «Tayssir»

Le programme Tayssir qui consiste à apporter un soutien financier aux ménages pauvres et démunis pour lutter contre l’abandon scolaire sera renforcé. Depuis son lancement en 2008, ce programme a connu un développement important. Le nombre d’élèves bénéficiaires est ainsi passé de 87.795 au titre de l’année scolaire 2008-2009 à 706.359 en 2017-2018. L’objectif pour la rentrée 2018-2019 est d’augmenter davantage le nombre de bénéficiaires pour atteindre 2.087.200 élèves. Coût global du programme : 2,170 milliards de dirhams, soit 1,539 milliard DH supplémentaires. Quant au nombre de communes ciblées par le programme, leur nombre est passé de 132 au titre de 2008-2009 à 434 au titre de 2017-2018. Dans son exposé, le ministre a signalé que ce programme a permis de réduire de 57% le taux de décrochage scolaire et d’augmenter le taux de réinscription des élèves qui ont abandonné l’école d’environ 37 %. Toutefois, se pose toujours le problème du ciblage en attendant la mise en place du «Registre social unique (RSU).

Généralisation du préscolaire des 4 et 5 ans à l’horizon 2027

La généralisation du préscolaire constitue l’un des grands chantiers de la stratégie du ministère de l’éducation nationale. La moyenne nationale des enfants ayant intégré l’année dernière l’enseignement préscolaire s’est établie à 49,6 %. Pour cette rentrée scolaire 2018-2019, 100.000 enfants supplémentaires seront scolarisés sur les 700.000 enfants non scolarisés avec la création de 4.000 nouvelles classes. Selon le ministre, ce taux devra atteindre les 67% en 2021. L’objectif étant la généralisation du préscolaire pour les enfants âgés de 4 et 5 ans à l’horizon 2027 et l’intégration de la catégorie d’enfants de 3 ans à partir de l’année 2028.
Pour relever ce défi, il sera procédé à la création de 50.000 salles de classe, à la formation de 56.000 éducateurs et éducatrices et de 950 animateurs pédagogiques.

Hébergement et restauration : Augmentation de la dotation quotidienne

Le nouveau programme d’action vise également le renforcement des prestations d’hébergement et de restauration à travers notamment l’augmentation de la dotation quotidienne réservée aux cantines et internats. Pour cette rentrée, 1.443.000 élèves bénéficieront des prestations d’hébergement et de restauration scolaire pour un montant global estimé à 1,475 MMDH. Il est prévu de couvrir les communes souffrant de déficits, particulièrement celles en milieu rural et éloignées.

Parmi les autres mesures importantes figure l’élargissement du réseau des écoles communautaires, à travers la création de 150 nouvelles unités à l’horizon de l’année 2021. Par ailleurs, le ministre a fait savoir que son département s’emploie à renforcer la capacité d’accueil des cités universitaires et internats. Cette année, il a été procédé au lancement des travaux de construction de quatre nouvelles cités universitaires et de deux annexes de cités existantes, d’une capacité globale de 4.900 lits ainsi que six nouveaux restaurants universitaires.

Transport scolaire : 325.000 bénéficiaires en 2021

Pour ce qui est du transport scolaire, 154.000 élèves ont bénéficié de ce service l’année précédente. Cette année, leur nombre s’est chiffré à 193.000. A noter qu’ils seront 325.000 en 2021. Le ministre a estimé que la mise en œuvre de ces programmes sociaux contribuera à améliorer le niveau de scolarisation des élèves bénéficiaires et de réduire le taux de déperdition scolaire, pour passer de 5,7 % actuellement au primaire en milieu rural à 1 % au titre de l’année scolaire 2024-2025 et de 12 % actuellement en collégial au milieu rural et urbain à 3 % au titre de l’année scolaire 2024-2025.

Formation professionnelle

Dans le domaine de la formation professionnelle, quelque 2.007 établissements (dont 1.321 établissements privés) sont ouverts cette année. Ces établissements sont encadrés par 19.746 formateurs. On notera également 1.200 lits supplémentaires avec la création de 8 internats et cantines au sein des instituts de formation professionnelle.

Une meilleure adéquation entre formation et emploi

Le programme d’action du ministère a prévu plusieurs mesures destinées à assurer une meilleure adéquation entre formation et emploi. On notera parmi celles-ci la diversification de l’offre pédagogique et son adaptation avec les besoins du marché du travail et la mise en place d’une nouvelle conception pour les établissements universitaires à accès ouvert.

Il s’agit également de l’institutionnalisation et de la consolidation de la formation en alternance, la création d’une nouvelle génération de Centres de formation professionnelle qui répondent aux besoins des acteurs économiques tout en étant conformes aux plans de développement régional, ainsi que la mise en œuvre du cadre national des certifications.

Le ministère compte également procéder à la révision des mécanismes et des programmes d’appui à l’emploi des jeunes. Cette année, un institut de formation des cadres intermédiaires et auto-entrepreneurs sera créé en partenariat avec les professionnels. Signalons également le lancement d’un programme de requalification des étudiants qui quittent l’université sans obtenir de diplôme.

Rentrée scolaire, universitaire et de la formation professionnelle : Plus de 9,6 millions d’inscrits

Selon les statistiques du ministère de tutelle, le nombre d’inscrits au titre de la rentrée scolaire, universitaire et de la formation professionnelle 2018-2019 s’est établi à 9.613.000. Ainsi, quelque 7,9 millions d’élèves sont inscrits, dont près de 7,153 millions aux cycles d’enseignement primaire, secondaire collégial et qualifiant, 748.214 élèves au préscolaire et 8.253 aux classes préparatoires publiques aux écoles supérieures.

Pour ce qui est de la formation professionnelle, un total de 776.000 stagiaires sont inscrits au niveau des différents cycles de formation (baccalauréat professionnel, formation qualifiante, technicien, technicien spécialisé, etc.). L’enseignement supérieur enregistre, quant à lui, quelque 937.000 étudiants inscrits, dont 860.219 au niveau des universités, 50.397 dans des instituts privés, et 26.659 dans des établissements de formation des cadres. Concernant l’opération «Un million de cartables» 4.365.558 élèves (dont 47% de filles) ont bénéficié de cette opération pour un coût global de 420 millions de dirhams.

En matière des ressources humaines, 20.000 nouveaux enseignants ont été recrutés, ce qui porte le nombre total des enseignants à plus de 248.000.

Lundi 17 septembre, SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et Son Altesse Royale la Princesse Lalla Khadija sont apparus aux côtés de SM le Roi Mohammed VI, lors de la présentation du bilan d’étape et du programme exécutif dans le domaine du soutien à la scolarité et de la mise en œuvre de la réforme de l’éducation et de la formation. Il s’agit de la première activité officielle de SAR la Princesse Lalla Khadija, âgée de 11 ans. Cette première apparition à une cérémonie dédiée à l’éducation est hautement symbolique. Le Souverain accorde un intérêt particulier à ce secteur stratégique et il a voulu le montrer en impliquant ses enfants lors de cet évènement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *