La représentation proportionnelle

Après avoir opté pendant plusieurs décennies pour le scrutin majoritaire à un tour, selon lequel le candidat vainqueur est celui qui obtient le plus grand nombre de voix, le nouveau système électoral sera conforme au principe de représentation proportionnelle. Il consiste tout simplement à ce que chaque formation politique participant aux élections obtienne un nombre de sièges proportionnel à celui des voix octroyées.
En dépit de ce choix, un certain nombre de facteurs agissent sur les résultats du scrutin. Ainsi, ce système offre une idée précise des divers courants agissant au sein de la société au fur et à mesure que la circonscription est large, et le nombre de sièges élevé. A l’inverse, il ne permet pas d’atteindre les résultats escomptés lorsque la taille de la circonscription ainsi que le nombre de sièges à pourvoir sont moins importants ; A titre d’exemple, il suffit d’imaginer quels seraient les résultats dans une circonscription où 20 partis se disputent 30 sièges, et les comparer avec un nombre de 20 partis se disputant 2 ou 3 sièges.
La représentation proportionnelle a pour objectif d’absorber les contradictions surgissant au sein d’une société et conduit pratiquement à mettre en exergue toutes les sensibilités en lui conférant une représentation adéquate au sein des institutions constitutionnelles. En outre, il semble légitime de s’interroger sur la représentativité des minorités, ou celle des femmes ou des jeunes par exemple, dans le cadre d’un scrutin majoritaire. En revanche la proportionnelle peut assurer à ces catégories sociales des positions avancées dans les listes électorales.
L’exemple qui illustre le plus cela, est celui des listes nationales (celle des femmes par exemple) qui seront proposées par les partis politiques lors des prochaines échéances électorales. Si cela se concrétise, le prochain Parlement accueillera 30 femmes dans tous les cas. Par ailleurs, il importe de souligner que la répartition des sièges se fera sur la base de ce qu’on appelle le quotient électoral, obtenu à travers la division du nombre des voix exprimées dans la circonscription concernée, par le nombre des sièges à pourvoir. Après quoi, chaque liste s’octroie un nombre de sièges équivalent à son score électoral.
Exemple : Dans une circonscription donnée, où trois listes se disputent cinq sièges, si le résultat obtenu est de 200 voix pour la première liste, 200 voix pour la seconde et 100 seulement pour la dernière, le quotient électoral serait le suivant : 500 (la somme de toutes les voix réunies) sur 5 ( le nombre de sièges à pourvoir) ; la dernière liste obtiendrait donc un seul siège, c’est à dire 100 (le nombre de voix obtenues par la dernière liste), sur 100 (le quotient électoral). L’intérêt de la représentation proportionnelle se manifeste dans le fait qu’une liste donnée obtienne le double du nombre de sièges obtenus par une autre liste, tout simplement du fait qu’il a obtenu le double de ses voix, chose qu’on ne peut pas obtenir dans le cadre du scrutin majoritaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *