La ruée vers les masses

Depuis sa création, le 19 octobre 2001, le Parti du Congrès national unioniste issu des tripes de l’USFP suite à une scission survenue à l’occasion du sixième congrès national du parti du Premier ministre, tente, par tous les moyens d’attirer l’attention de l’opinion publique.
De crainte de subir l’usure du temps et de se faire oublié , dans le feu de l’action pour la conquête des sièges parlementaires dans les prochaines élections législatives, le PCNU s’investit corps et âme en vue de maintenir la flamme de la mobilisation vivante en son sein.
Lors de la deuxième session de la Commission administrative nationale de ce parti tenue, samedi et dimanche derniers à Casablanca, sous la présidence du Secrétaire général du parti, Abdelemjid Bouzoubaa, l’accent a été mis sur l’examen de la conjoncture politique et la nécessité de la mise en place des structures organisationnelles à même de relever les défis qui s’imposent à cette nouvelle formation politique.
Une partie de cette session a été consacrée au débat sur les nombreuses questions intéressant l’opinion publique nationale, notamment celles ayant trait à la situation politique, économique et sociale et aux récents développements sur les scènes arabe et internationale.
Bien entendu, la question palestinienne était au sommet de la liste des préoccupations des dirigeants et cadres du parti.
En outre, au cours de cette session, il a été procédé à la constitution de huit sections chargées de l’encadrement, de la formation, de l’organisation, des affaires économiques et sociales, des finances, des relations, de l’information, de la solidarité partisane, des organisations de masse et des institutions productives.
Ces sections, qui se sont réunies en ateliers, ont élaboré des rapports fixant leurs missions. Dans le même ordre, la session a été une occasion pour les membres de la Commission administrative, d’évaluer le programme d’urgence provisoire adopté à l’issue de la première session de la commission précitée, tenue les 10 et 11 novembre 2001, dont 90 % ont pu être réalisés, selon le secrétaire général du PCNU.
Dans une déclaration à la presse, M. Bouzoubaa a affirmé que le nombre des sections structurées atteint actuellement plus de 100 et d’ajouter qu’il a été procédé à la mise en place de 45 secrétariats provinciaux, dont ceux des régions du Sud.
Par ailleurs, il a relevé que son parti s’attèle actuellement à la préparation du congrès des femmes et des jeunes du parti. Car, sans structures organisationnelles encadrant les jeunes et les femmes, le PCNU toute mobilisation populaire et toute action de proximité par rapport aux citoyens seraient vouées à l’échec.
Cela dit, pour les membres de la Commission administrative, les travaux de la deuxième session inaugurent le lancement réel des activités du parti.
M. Bouzoubaa a souligné, à cet effet, que la constitution des sections précitées constitue un saut qualitatif dans le parcours du Parti du congrès national unioniste, considéré comme la continuité légitime du mouvement ittihadi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *