La sécurité dans les banques s’impose

Lundi dernier vers 16h15, quatre membres d’une bande dévalisent une agence de la Banque Commerciale du Maroc, sise au quartier Hay Salam à Salé, emportant un «butin» de 600.000 dirhams. Le forfait a été commis en répartissant les tâches entre eux.
Deux des membres de la bande étaient munis de sabres, alors qu’un troisième était armé d’un fusil de chasse. Le quatrième faisait le guêt devant l’agence bancaire, au volant d’une voiture volée un jour auparavant au quartier Hay Riyad à Rabat.
Après avoir fait irruption à l’intérieur de l’agence, les membres de la bande ont sommé clients et employés de se mettre à plat-ventre. Pour se faire plus dissuasifs et semer la panique, l’homme qui portait l’arme tira un coup de feu, alors qu’un autre brisa les vitres de la façade de la banque.
Selon les employés de l’agence, deux des auteurs du hold-up, qui étaient encagoulés et surexcités, se sont précipités vers la caisse où, après avoir vaincu la résistance du caissier, se sont emparés de la somme de 600.000 dirhams, avant de prendre la fuite à bord de la voiture qui les attendait à la sortie.
À la suite de cet acte, les services de la sûreté nationale de la région mènent une opération en collaboration entre la police judiciaire de Rabat, Salé, Temara, et Kénitra, avec constitution d’un poste de commandement dans la ville de Salé, conformément aux instructions du directeur général de la sûreté nationale. Après trois jours d’investigation, ils procèdent à l’arrestation de trois membres de ladite bande, alors que le quatrième demeure toujours en état de fuite.
Les membres de la bande appréhendés sont âgés entre 20 à 30 ans. A.H, le chef de bande est un repris de justice, qui était parmi les détenus évadés récemment de la prison civile de Kénitra. Les trois auteurs du hold-up ont avoué leur forfait.
La reconstitution des faits a été effectuée, jeudi en fin de matinée, en présence du préfet de police de Rabat-Salé, du chef de la sûreté régionale à Salé, du commandant régional de la Gendarmerie Royale, outre plusieurs cadres de la direction générale de la sûreté nationale, des autorités locales et d’une grande foule venue des quartiers avoisinants.
Après cette opération, le dossier de la question de sécurité à l’intérieur des agences bancaires, notamment celles, situées dans des quartiers populaires, refait surface. Ce braquage de l’agence de la BCM à Salé en plus d’autres actes qui visent les clients devant les agences dans d’autres villes devraient inciter les banques à faire appel aux services de sécurité des sociétés privées, spécialisées en la matière. Il en va pour la sécurité des agences, de leur employés et aussi des clients.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *