La société civile s’active: A quand la pénalisation du harcèlement moral au Maroc ?

La société civile s’active: A quand la pénalisation du harcèlement  moral au Maroc ?

Fraîchement fondée, l’association Noufous s’attaque à une des problématiques qui tue en silence. Tuer ne serait pas trop dire puisque le champ d’action choisi par Noufous s’intéresse à un phénomène qui peut, en effet, conduire au suicide. Il s’agit du harcèlement moral et des risques psychosociaux dans le milieu professionnel.

A aujourd’hui, le harcèlement moral n’est toujours pas reconnu au Maroc comme délit passible d’une condamnation pénale au Maroc et pourtant, les cas rapportés ne sont pas rares. Pour Hajar Saoud, présidente de Noufous, le contexte dans lequel évolue le monde du travail au Maroc nécessite plus de vigilance quant aux risques psychosociaux auxquels sont confrontés au quotidien les salariés. Un accompagnement aux différentes composantes des ressources humaines est plus que nécessaire.

«Au niveau national, cette dernière décennie a connu une importante évolution en termes de création d’emploi et de compétences. Une transition s’est opérée entre deux générations; l’une marquée par une gestion purement administrative de l’humain, la seconde par une gestion des compétences, notamment le développement des ressources humaines. Ce nouveau contexte, marqué par une recrudescence du stress et des maladies qui lui sont liées impose certains réajustements de fond au Maroc», a-t-elle noté.

Par réajustement, on entend d’abord une reconnaissance juridique du harcèlement moral. Les conséquences de ce phénomène défini comme étant un acte répétitif dans le temps susceptible d’altérer la santé physique et mentale du salarié restent sous-estimées par la loi. En effet, au moment où cet acte est puni par la loi dans les pays industrialisés, l’on retrouve dans le code du travail marocain un traitement assez vague. Dans ce sens, l’association se penche actuellement sur la proposition d’un projet de loi définissant clairement les risques psychosociaux dans le milieu de travail et les sanctionnant.

«Nous espérons pouvoir entamer des discussions avec les ministères de l’emploi et de la santé et les structures œuvrant dans le secteur de l’emploi ainsi que le patronat pour aboutir à un partenariat qui vise l’élaboration d’une loi condamnant le harcèlement moral. Nous voulons pouvoir mesurer le phénomène et aussi mettre en place des dispositifs de sensibilisation et de prévention des risques psychosociaux au travail en faveur du salarié et de l’entreprise», ajoute la même source.

`En attendant, Noufous  entame un processus d’accompagnement psychologique des victimes des risques psychosociaux. Elle met à la disposition des personnes en détresse psychologique due au travail des psychologues, psychiatres, coachs et juristes pour une prise en charge gratuite et dispose pour le moment d’une page facebook et d’un site web proposant des rubriques variées allant du partage de témoignages au conseil juridique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *