La vocation humanitaire

La sage-femme, un métier à vocation humanitaire par excellence. Une fonction où les qualités requises s’articulent autour de la psychologie, la disponibilité, un grand sens des responsabilités et un intérêt pour le domaine médical. Elle offre des soins globaux, tenant compte des dimensions physique, psychologique et sociale de cet événement si important dans la vie d’une femme ou d’un couple.
Dans le temps, cette fonction est pratiquée par les femmes âgées, ayant appris certaines techniques en la matière uniquement par expérience. Et dans le milieu rural, ce sont elles qui prennent en charge les femmes accoucheuses. Dans chaque douar, on trouve une sage-femme qui est en mesure d’assurer la supervision et de donner les conseils nécessaires, à la femme enceinte.
Actuellement, la sage-femme est une personne ayant suivi un programme de formation de « sage-femme », et a réussi avec succès les études afférentes et a acquis les qualifications nécessaires pour être reconnue en tant que sage-femme. Ainsi, elle contribue au maintien et au développement de la santé de la mère, de l’enfant et de la famille. Son intervention intervient sur trois étapes. Au moment de la grossesse, la sage-femme prend le temps d’écouter la femme et son époux. Elle répond à leurs questions, les aide à vivre la grossesse en toute confiance et prépare avec eux la manière dont ils désirent vivre la naissance de leur enfant. Elle accorde beaucoup d’importance durant cette période à l’éducation et à la prévention. Pendant l’accouchement, la coucheuse demeure avec la femme et son conjoint pendant toute la durée du travail, de l’enfantement, lors de situations normales, et pendant les heures qui suivent. C’est elle qui assiste la femme qui accouche. Elle offre un soutien psychologique et veille sur le bien-être de la mère et de son bébé.
Après cette étape, c’est le retour de la femme avec son bébé au domicile. La sage-femme se rend au foyer des parents à quelques reprises après la naissance et maintient, pendant environ six semaines, un contact régulier avec la famille. Elle surveille, de près, l’état de santé de la mère et du nouveau-né et aide les parents à s’ajuster à la venue de leur bébé.
Il faut dire que le fait de vivre sa maternité en compagnie d’une sage-femme s’avère donc un choix sécuritaire et naturel avant, pendant et après l’accouchement.
Donner naissance à un enfant est toujours un événement très important dans la vie d’une femme, en particulier, et du couple, en général. La sage-femme est sensible à cette réalité. Elle guide les deux partenaires à devenir parents, dans le respect essentiel de leurs besoins, de leurs valeurs et de leurs choix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *