Laâyoune : Les Maisons de jeunes manquent de moyens

Laâyoune : Les Maisons de jeunes manquent de moyens

La région de Laâyoune-Boujdour Sakia-El Hamra compte plus de 13 Maisons de jeunes. La ville de Laâyoune compte, à elle seule, onze Maisons de jeunes, dont trois sont situées dans des communes rurales. Alors que Boujdour  compte deux Maisons de jeunes pour une population de 45.000 habitants.
Avec une infrastructure aussi importante, on pourrait croire que la jeunesse du Sud profite d’un quotidien très animé. Ces établissements doivent en effet offrir aux jeunes la possibilité de s’épanouir à travers une multitude d’activités socioculturelles comme le théâtre, la musique, les arts plastiques, les sports, la danse, le cinéma, la lecture… Mais les choses se passent autrement. Ces Maisons de jeunes sont quasiment absentes de la scène socioculturelle. Il est rare que l’une d’elles procède à l’organisation d’une activité quelconque.
La région vit en fait un grand vide culturel, d’où la nécessite de revoir le rôle de ces Maisons de jeunes et de les doter des moyens logistiques nécessaires. Certaines Maisons de jeunes souffrent en effet d’une situation critique, à l’instar de celle de Tarfaya, qui compte un seul fonctionnaire qui accomplit toutes les tâches nécessaires au fonctionnement de cette structure.
Pour les responsables de ces Maisons de jeunes, l’inefficacité de ces infrastructures est due essentiellement au manque de moyens financiers, ce qui se traduit par une baisse du rendement. Pour combler ce vide, certaines composantes du tissu associatif local s’efforcent, tant bien que mal, de proposer des solutions alternatives. Ces derniers ne peuvent cependant pas tout faire, d’où la nécessité de revoir le rôle de ces Maisons de jeunes. Selon des témoignages recueillis auprès de nombreux jeunes de la région, il faut leur permettre d’investir leur temps libre dans des programmes susceptibles de les encadrer et de les initier aux activités scientifiques, culturelles, artistiques et sportives, ce qui aurait pour effet de les protéger contre toute déviance pouvant les entraîner vers la délinquance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *