Laâyoune: Plus d’un millard de dirhams pour la santé

Laâyoune: Plus d’un millard de dirhams  pour la santé

Des projets d’une valeur totale de 1,336 MDH, touchant le secteur de la santé, ont été réalisés dernièrement dans la province de Laâyoune, dans le cadre du partenariat entre la délégation régionale de la santé, l’INDH et le conseil municipal.

D’après la direction régionale de la santé de Laâyoune, ces projets ont notamment porté sur l’installation d’appareils électroniques organisant l’accès des patients dans deux centres de santé, pour un coût global de 76.000 DH, de l’acquisition et l’équipement d’une ambulance (510.000 DH) et de l’extension de la morgue de l’hôpital Moulay El Hassan Ben El Mehdi, qui a été doté de 12 cellules de conservation de corps. Il a  également été procédé à l’extension et à l’équipement du centre de rééducation de l’hôpital Moulay El Hassan Ben El Mehdi. Ce projet a nécessité une enveloppe de 750.000 DH.

La région verra aussi la construction d’un centre régional d’oncologie en partenariat avec l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer pour une enveloppe de près 60 millions de dirhams.
Il sera également procédé à la création d’un service intégré d’aide médicale et de traitement des brûlures et d’un autre service moderne des Urgences, qui répond aux normes internationales au sein de l’hôpital Moulay El Hassan Ben El Mehdi, dont les équipements seront rénovés pour une enveloppe globale de 5 MDH.

La région est dotée d’un hélicoptère-ambulance dont les prestations couvriront les différentes provinces du Sud, et sera également dotée d’unités d’urgences mobiles équipées, dont la valeur de chacune est de l’ordre de 5 MDH.

Cependant le secteur de la santé au niveau de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra souffre de nombreux problèmes dont l’insuffisance du nombre d’hôpitaux, l’absence des médecins spécialistes du fait du manque d’incitation à s’établir dans la zone, l’absence de dispensaires au niveau des localités rurales, et l’absence du minimum des services de santé dans ces localités, l’absence de cliniques privées et de laboratoires d’analyse.

L’hôpital de Laâyoune reçoit les malades de toutes les provinces et il est bien incapable de répondre à lui seul à toute cette demande. Un malade de Boujdour ou Tarfaya doit ainsi se rendre à Laâyoune s’il a la chance d’y trouver le bon spécialiste. Sinon, cap sur Agadir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *