L’affaire des Saoudiens arrêtés au Maroc

Le ministre saoudien de l’Intérieur, le Prince Naïf Ben Abdelaziz, s’est déclaré confiant en la sincérité et la rigueur des enquêtes menées par les services de sécurité marocains au sujet des trois ressortissants saoudiens jugés actuellement au Maroc.
Dans une déclaration à la presse, le prince Naïf Ben Abdelaziz a indiqué que son pays suit le déroulement de l’enquête et que « les frères marocains nous tiennent toujours informés et nous sommes totalement confiants en la justice marocaine ». À la question de savoir si le gouvernement saoudien compte présenter au Maroc une demande d’extradition de ses ressortissants détenus au Maroc, le prince Naïf a déclaré que les prévenus « sont actuellement soumis à la loi marocaine et on ne peut demander quoi que ce soit tant que nos frères au Maroc n’auront pas exprimé la volonté de nous les livrer ».
Concernant l’existence d’éventuelles preuves que les autorités saoudiennes détiendraient sur l’implication des trois saoudiens détenus au Maroc dans des activités terroristes, le prince Naïf a affirmé qu’il a été effectivement établi que ces ressortissants saoudiens sont impliqués dans des actes terroristes.
Il a estimé que les trois Saoudiens entretiennent des rapports avec l’organisation Al Qaida. « Nous sommes convaincus que les affirmations de nos frères au Maroc correspondent à la réalité », a-t-il dit. Rappelons que les trois ressortissants saoudiens avaient été arrêtés au mois de mai dernier alors qu’ils se préparaient à perpétrer des attentats contre des navires de guerre de l’Otan dans le détroit de Gibraltar. Les terroristes envisageaient aussi de s’attaquer à des lieux d’intérêt touristique au Maroc. Il s’agit des trois ressortissant Saoudiens Hilal, Awade Al Assiri, Zouhaïr Hilal Mohamed Tabiti et Abdellah Mseffer Al Ghamidi, qui sont poursuivis par la justice avec les épouses marocaines des deux premiers mis en cause.
Les trois Saoudiens étaient arrivés au Maroc et s’étaient installés dans un bidonville de Casablanca, où deux d’entre eux se sont mariés avec les deux marocaines.
Le procès des présumés terroristes qui devait avoir lieu le 25 décembre a été fixé à une date plus proche, à savoir celle du 9 décembre, et ce suite à une demande du parquet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *