L’Afrique contre le sida

Une conférence sur la lutte contre le sida réunissant les représentants de 14 pays d’Afrique centrale et orientale a débuté ses travaux mardi dans la capitale d’Ethiopie, Addis Abeba.
« Pourquoi n’avons-nous pas encore réussi à freiner l’épidémie ? », s’est interrogé Samuel Nyambi, responsable du programme des nations unies pour le développement (PNUD) en Ethiopie, lors de la séance d’ouverture.
«Nous avons besoin d’un changement dans l’état d’esprit pour changer la manière dont nous nous comportons par rapport au vih/sida», a-t-il poursuivi.
M. Nyambi s’exprimait devant près de 100 délégués venus du Burundi, du Cameroun, de république centrafricaine, de guinée équatoriale, du Congo-Brazzaville, d’Erythrée, d’Ethiopie, du Gabon, du Kenya, du Rwanda, de république démocratique du Congo (RDC), du Tchad et d’Ouganda. Des donateurs, des personnes atteintes par le virus ainsi que des responsables de la société civile et d’organisations internationales assistent également à cette réunion qui se tient au centre de conférences de la commission des nations unies pour l’Afrique (CEA).
La réunion est centrée sur les réponses concrètes à apporter dans la lutte contre la maladie. «Des leaders, à tous les niveaux, doivent sortir du rang et prendre position» contre la propagation de la pandémie, a estimé le responsable du PNUD, car «le vih/sida est en train de ravager le continent africain».
Selon lui, «68 millions de personnes vont mourir à cause du sida d’ici 2020». «Dans les pays les plus affectés, l’épidémie réduira la croissance économique de 12%», a averti ce même responsable.
«Le but de cette réunion, ce n’est pas la langue de bois mais de mettre à profit les expériences de chaque pays, de voir ce qui fonctionne et surtout de briser les tabous qui entourent la maladie», a souligné une séropositive d’Afrique centrale.
La conférence doit clôturer ses travaux vendredi avec la formulation par chaque pays d’un plan d’action précis à mettre en oeuvre dans les deux à trois mois qui suivront la fin de cette réunion.
Dans certains pays touchés par la pauvreté et l’analphabétisme, cette épidémie continue de faire des ravages.
Il est à souligner que les efforts, pour freiner cette épidémie, se poursuivent dans le continent africain.
Cette conférence, qui unit quatorze pays de l’Afrique centrale, intervient après celle organisée ces derniers mois par les premières dames africaines, épouses des chefs d’Etats. L’objectif est de limiter les dégâts de la maladie du siècle dernier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *