L’Algérie, du leurre à la supercherie

Une récente dépêche diffusée par l’agence de presse algérienne, APS, a fait état des conclusions de la réunion ministérielle du mouvement des non alignés, tenue à Durban (Afrique du Sud) du 27 au 29 avril dernier, sur la question nationale et souligné que la «RASD» était représentée à cette réunion par le dénommé Ould Salek. Interrogé, vendredi, à ce sujet par la presse, un haut responsable du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, membre de la délégation marocaine à cette réunion, a fait la mise au point suivante: «Je démens, de la façon la plus catégorique, toute forme de participation des séparatistes aux travaux de la réunion ministérielle. Le «Polisario» avait demandé, quelques jours plus tôt, au gouvernement sud africain à assister en tant qu’invité à la réunion de Durban. Consultés à ce sujet, nombre d’Etats membres ont promptement et clairement signifié leur opposition catégorique à cette invitation.
Ce rejet a été notifié à l’ensemble des membres du mouvement. En dépit de ce net refus, le représentant du «Polisario» a tenté, en vain, de participer, à un titre ou un autre aux travaux. «A ce sujet, pour éviter toute manipulation et prémunir le mouvement contre une telle manoeuvre, la délégation marocaine, conduite par Taïb Fassi Fihri, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et à la coopération a attiré l’attention des autorités sud-africaines sur la responsabilité du pays hôte et rappelé les règles applicables et la pratique bien établie du mouvement quant au statut d’invité.
Par conséquent, aucun représentant du «Polisario» n’a pu assister aux réunions et je ne peux que m’étonner qu’une agence officielle de presse, relevant de surcroît d’un pays membre, puisse diffuser des informations aussi trompeuses. Par ailleurs, l’agence en question a volontairement tronqué le texte adopté par la Conférence ministérielle sur notre question nationale, dans l’irrespect des conclusions approuvées par le mouvement. en effet, outre la référence traditionnelle au plan de règlement des nations unies, les ministres des pays non-alignés ont, pour la première fois, apporté leur soutien à la recherche d’une solution politique de la question, agréée par les parties, en conformité avec la charte et les résolutions pertinentes des nations unies.
Ces dernières, comme chacun le sait, font une référence explicite au projet d’accord-cadre proposé par l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU.
Cherchant à induire en erreur l’opinion publique, la dépêche a également travesti la réalité en prétendant que «la Conférence ministérielle a dénoncé le pillage, par le Maroc, des ressources naturelles et halieutiques sahraouies». Enfin, les délégations présentes n’ont pas manqué de relever que le débat sur le Sahara a, une fois encore, pris un caractère bilatéral, l’algérien ayant seul tenu à intervenir sans retenue sur le sujet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *