L’AMSED met en relief les acquis du Maroc

Un rapport de l’Association marocaine de solidarité et de développement (AMSED), rendu public récemment, fait la lumière sur les acquis du Maroc en matière de démocratie locale. La révision et la mise à niveau du cadre juridique régissant les élections communales et professionnelles, l’adhésion du Maroc au dispositif mondial des droits de l’Homme, la levée des réserves concernant la convention internationale visant l’éradication de toute forme de discrimination à l’égard de la femme et l’activation des recommandations de l’Instance équité et réconciliation (IER), constituent autant de mesures qui témoignent de l’attachement du Maroc à la voie démocratique comme il ressort du rapport de l’AMSED.
Le nouveau code électoral comporte des dispositions prévoyant un soutien au renforcement des capacités représentatives de la femme à l’occasion des élections communales et législatives, à travers notamment la création d’un Fonds de soutien à l’encouragement de la représentation des femmes. Le texte ramène de 23 à 21 ans l’âge légal d’éligibilité. Il s’inscrit dans le processus de préparation du cadre législatif régissant les élections des conseils des collectivités locales et des chambres professionnelles. Le rapport de l’AMSED précise que le  code électoral ayant régi les précédentes élections communales comportait des failles à même d’entraver le fonctionnement optimal de la démocratie locale. Il ne délimitait pas à un stade suffisamment élevé le niveau d’instruction des candidats et ne durcissait pas suffisamment les sanctions contre la corruption et les fraudes en période électorale. Les amendements qui ont été apportés au code électoral ont permis non seulement de varier les régimes électoraux en fonction des spécificités de chaque région et de définir un seuil maximal de budget de campagne électorale à ne pas dépasser, mais aussi de renforcer le dispositif répressif en vue de lutter plus efficacement contre la corruption et la fraude électorale.
Le nouveau texte permettra d’adapter le calendrier des élections locales aux spécificités de chaque région de manière à garantir une participation massive de toutes les franges de la population. Il permettra ensuite de renforcer les ressources des municipalités et des communes tout en améliorant le dispositif de contrôle de leurs actions. La société civile avec toutes ses composantes doit, en plus de sa mission habituelle, contribuer au renforcement de la démocratie représentative et interactive à travers des programmes d’incitation à la participation à la vie politique et de sensibilisation de la population quant à son rôle fondamental en terme d’évaluation des réalisations et de la performance des conseils communaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *