Lancement de la stratégie relative à l’égalité entre les sexes: Pour plus d’accès des femmes aux postes de direction

Lancement de la stratégie relative à l’égalité entre les sexes: Pour plus d’accès des femmes aux postes de direction

Selon Mohamed Moubdii, «cette stratégie, qui s’étalera sur quatre ans, vise à consolider la fonction publique en garantissant aux femmes et hommes des droits équitables pour l’accès aux postes et l’égalité des chances en milieu professionnel…».

Mohamed Moubdii, ministre délégué chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration.
Mohamed Moubdii, ministre délégué chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration.

«Les mesures prises par le Maroc pour promouvoir l’égalité sont insuffisantes». La  représentante de l’ONU Femmes au Maghreb ne mâche pas ses mots lors du lancement de la stratégie d’institutionnalisation de l’égalité entre les sexes dans la fonction publique mercredi à Rabat. Pour fonder son constat, Leila Rhiwi livre des statistiques.

Données chiffrées

«Au Maroc, nous avons essayé de suivre les indicateurs. Il s’est avéré que 35% des femmes actives sont dans la fonction publique et 4% des femmes sont dans l’inspection générale», avance la représentante de l’ONU Femmes en s’appuyant sur le rapport de 2015 réalisé par ce programme onusien.

Egalité et autonomisation des femmes

Mme Rhiwi saisit son passage pour rappeler le nouveau programme de développement durable pour les 15 prochaines années. Une mouture qui comprend 17 objectifs dont l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. «Au Maroc, le chantier des réformes juridiques pour la mise en œuvre de la Constitution représente un cadre idéal pour les Objectifs du développement durable», enchaîne-t-elle en mettant l’accent sur «la garantie de l’accès des femmes aux fonctions de direction». Quant à ladite stratégie, son élaboration constitue une première étape ; sa mise en œuvre étant la seconde.

Ce qu’en disent les responsables marocains

Selon Mohamed Moubdii, «cette stratégie, qui s’étalera sur quatre ans, vise à consolider la fonction publique en garantissant aux femmes et hommes des droits équitables pour l’accès aux postes et l’égalité des chances en milieu professionnel. Le tout en tenant compte des besoins particuliers des femmes et des hommes fonctionnaires et de l’égalité en comportement». Le  ministre délégué chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration ne manque pas également de détailler les trois axes de la stratégie. Celle-ci consiste en premier lieu à consolider des structures dédiées à l’appui de l’égalité en fonction publique. Cet axe comprend 3 projets et 6 actions destinées à créer des unités spécialisées en genre auprès de la tutelle en encourageant les administrations publiques à créer des unités pareilles. Le 2ème axe, lui, concerne l’intégration de l’égalité entre les sexes dans le système juridique, notamment en matière de gestion des RH et compétences à travers 4 actions et 34 mesures. Quant au 3ème axe, il consiste à ancrer l’égalité entre les deux sexes en comportements et culture d’organisation de l’administration. Pour sa part, la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social établit des liens entre ladite stratégie et le plan Ikram initié par son département. «Cette stratégie répond au plan Ikram qui s’articule également autour de l’égalité entre les sexes», estime Bassima Hakkaoui.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *