Lancement du projet de plantation d’un million de palmiers dattiers à Tafilalet

Lancement du projet de plantation d’un million de palmiers dattiers à Tafilalet

SM le Roi Mohammed VI a lancé, mardi, dans la commune Sifa (province d’Errachidia), le projet de plantation d’un million de palmiers dattiers dans les oasis de Tafilalet à l’horizon 2015, d’un coût total estimé à 1,25 milliard DH. Initié dans le cadre du plan «Maroc Vert», le projet profitera à 6.000 agriculteurs et permettra de générer 450.000 journées de travail et d’augmenter la production de dattes de 26.000 tonnes en 2010 à 95.000 tonnes en 2030. Visant également à assurer l’emballage et le stockage de quelque 5.000 tonnes de dattes au niveau de la région, ce projet intégré fait partie d’un vaste programme de développement de la filière dattes à Tafilalet. Il prévoit la plantation au total de 2,25 millions de palmiers dattiers et l’extension des superficies des palmeraies. Dans un premier temps, il est programmé l’introduction de 750.000 vitro-plants sur 4000 ha, la mise en place d’une pépinière de production des vitro-plants et de cinq unités de conditionnement des dattes. Il sera procédé, dans un deuxième temps, à la plantation de 250.000 plants, au nettoyage de 110.000 touffes de palmiers, et à la valorisation de la récolte par l’organisation des agriculteurs et la création d’un label pour la variété «Mejhoul». Ceci dans un souci de qualification et de promotion de l’espace oasien.
L’ambition est de permettre la reconstitution des palmeraies et l’amélioration des revenus et du niveau de vie des populations, en vue de donner une nouvelle impulsion à la filière datte. Le financement de cet important projet est assuré par des opérateurs privés, l’Etat et le Millénium Challenge Account, avec respectivement 668,2 M DH, 450 M DH et 131,8 M DH. Les fonds mobilisés par les partenaires au projet seront destinés à l’équipement des palmeraies (660 M DH), la valorisation de la production (95 MDH), la formation, le soutien et l’accompagnement des agriculteurs en mettant à leur disposition l’équipement hydro-agricole nécessaire (315 MDH) et l’acquisition des plants (180 MDH). La promotion du secteur du palmier dattier dans la région de Tafilalet est une composante du programme de développement de la filière dattes, qui s’inscrit dans le cadre du Plan «Maroc Vert». Ce programme, doté d’une enveloppe budgétaire de 3,23 milliards de dirhams, se fixe pour objectifs la protection des palmeraies, la reconstitution et la réhabilitation des oasis par la plantation de 2,9 millions vitro-plants et l’augmentation de la production pour atteindre 185.000 tonnes à l’horizon 2030.
Par la même occasion, SM le Roi Mohammed VI s’est enquis du programme de développement territorial durable des oasis de Tafilalet, dont la réalisation nécessite 70 millions de dirhams. S’étendant sur une superficie de 44.000 km2, ce programme est mis en œuvre dans les bassins de Ziz et Ghriss au profit de 350.000 agriculteurs répartis sur 32 communes. Il ambitionne à l’horizon 2011 d’impulser la dynamique de développement durable des oasis par l’introduction de nouvelles techniques agricoles respectueuses de l’environnement, la rationalisation de l’utilisation collective des eaux, la valorisation de la production et l’adaptation du cadre juridique et institutionnel propre à l’espace oasien.


Bio express du Dr Bachir Saoud

Le Dr Bachir Saoud, que SM le Roi Mohammed VI a nommé directeur de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes, est né en 1952 à Tétouan. Actuellement coordinateur des projets Millenium Challenge Account pour l’agriculture, le Dr Saoud a occupé, depuis juin 1993, la fonction de président du directoire de la société de gestion des terres agricoles «SOGETA». Il a été également directeur de la SNDE d’octobre 1990 à juin 1993. Auparavant, il a été directeur régional de Centre à la SOGETA. Le Dr Bachir Saoud est marié et père de deux enfants.

Le secteur phoénicicole dans la région du Tafilalet

Le palmier dattier représente l’ossature de l’agriculture dans la région du Tafilalet, avec environ 1.500.000 pieds produisant en moyenne 26.000 tonnes/an (moyenne sur 10 ans), soit 26% de la production nationale. Le secteur phoénicicole génère dans cette région 1,5 million de journées de travail par an et participe à la stabilité de la population rurale au niveau des oasis et contribue à hauteur de 65 % à la formation des revenus des exploitations oasiennes.
La valeur moyenne annuelle de la production est estimée à 260 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *