Larache : Le commerce local s’organise

Larache : Le commerce local s’organise

Le nouveau marché Al Baraka a permis le recasement de quelque 216 marchands ambulants

Le premier projet Al Baraka sera suivi, selon un plan préétabli et des procédures bien définies, par la construction et l’équipement d’autres marchés modulaires en charpente métallique, prévus d’être répartis sur les quatre coins de la ville.

Larache se lance dans une importante politique de réhabilitation et de structuration des marchands ambulants couvrant l’ensemble du territoire urbain. A cet effet, la ville sera dotée d’une série de marchés de proximité visant l’intégration de ces marchands dans le circuit commercial formel et par conséquent l’amélioration de leurs conditions de vie. Parmi ces marchés, le premier projet, baptisé «marché Al Baraka» et dédié au commerce de l’habillement, vient d’entrer en service sur une superficie globale de 2.290 m2.

Très attendue par les Laraîchis, cette nouvelle structure communale, qui a nécessité une enveloppe budgétaire de 4,73 millions de dirhams, a permis le recasement de quelque 216 marchands ambulants. Ce projet, par sa vocation de promouvoir les activités génératrices de revenus, a été réalisé dans le cadre l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Le financement de la globalité des locaux de ce premier marché, qui a été mis en place dans le cadre d’une approche participative, est assuré par l’INDH en partenariat avec la commune de Larache et avec l’Association Al Baraka, qui est constituée en majorité par les membres bénéficiaires de ce même projet. Le conseil communal s’engage à attribuer le foncier pour la construction de cette structure communale.

Il est à préciser que le premier projet Al Baraka sera suivi, selon un plan préétabli et des procédures bien définies, par la construction et l’équipement d’autres marchés modulaires en charpente métallique, prévus d’être répartis sur les quatre coins de la ville. L’ensemble de ces structures (y compris le marché Al Baraka), dont l’objectif commun est la structuration et l’intégration des marchands ambulants dans le circuit commercial formel, nécessite un investissement global de quelque 14,33 millions de dirhams.

En plus des ventes d’habillement, les futurs marchés, qui sont déjà en chantier ou en étude, sont destinés au recasement des marchands ambulants de poissonnerie, de friperie et des fruits et légumes. Il est à souligner que les représentants de la société civile ou simples citoyens laraîchis souhaitent, à travers ce genre de projets, débarrasser leur ville du phénomène des marchands ambulants. D’autant plus qu’ils continuent, ces derniers temps, d’appeler les autorités locales à serrer la vis face aux différents squats des espaces publics par les différents types de commerces.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *