Larache : Opération de réhabilitation de l’Eglise San José

Larache : Opération de réhabilitation de l’Eglise San José

Pour une enveloppe budgétaire de 90.000 euros

Considérée comme un patrimoine architectural et culturel de Larache, l’Eglise San José bénéficie d’un important projet de réhabilitation et de rénovation de ses locaux. Les travaux de la remise à niveau de ce bâtiment, qui se trouve dans un état de dégradation et de délabrement très avancé, viennent d’être lancés. Ce projet, qui est prévu d’être réalisé grâce à une enveloppe budgétaire participative de l’ordre de 90.000 euros, est le fruit d’une grande mobilisation des militants associatifs et des défenseurs du patrimoine local. Vu son importance historique et culturelle, il bénéficie du soutien financier de l’Union européenne (UE) et du conseil communal de Larache. L’UE s’engage à financer la quote-part de 80% de l’ensemble des travaux de restauration de ce bâtiment, dont la date d’accueil de ses premiers fidèles catholiques remonte au début du 19ème siècle. Ce projet est porté, en grande partie, par le Réseau méditerranéen des médinas (RMM), qui est mené sous l’égide de l’Union européenne et en partenariat avec le Fonds andalou des municipalités pour la solidarité internationale (Famsi). La commune de Larache s’engage, quant à elle, à assurer les 20% du coût du projet restant. L’ouvrage est prévu, selon le planning préétabli et en respect de l’ancienne architecture des lieux, d’être livré dans son ensemble au cours de l’année 2017.

Créée plus précisément en 1901 par la mission franciscaine dans l’ancienne médina, l’Eglise San José – qui menaçait ruine – a suscité pendant longtemps l’indignation des habitants de Larache. Surtout qu’elle constituait un véritable danger pour les riverains et les passants. Outre la restauration de toutes les dépendances aussi bien de l’intérieur que de la façade de l’église, un autre projet de mise à niveau de la rue El Harti, où se trouvent les locaux de ce bâtiment, est en cours d’étude, et ce dans le cadre du RMM.

Il est à rappeler que les représentants de la société civile de la ville ont exprimé au début des années 2000 leur souhait de transformer cet ancien lieu de culte, dont les locaux dépendent de la commune, en un complexe socioculturel. Ils voulaient en faire, à l’époque une bibliothèque, des espaces polyvalents, une salle d’étude et un cyberspace. La société civile locale continue, avec le lancement des travaux de restauration de l’église, de croire dur comme fer en ce projet de complexe socioculturel. Mais l’actuelle équipe dirigeante de la commune ne laisse communiquer jusque-là aucune proposition concernant la future vocation de cet ancien lieu de culte, qui fait partie des plus importants monuments culturels et historiques de la ville.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *