L’armée détruit 6.168 mines le long des frontières

L’armée algérienne a découvert et détruit en août 6.168 mines le long des frontières Est et Ouest du pays, a annoncé dimanche l’agence de presse APS.
Ces destructions s’inscrivent dans le cadre d’une opération dans les zones minées par l’armée française durant la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962. Le total des mines détruites par les unités de l’armée algérienne s’élève ainsi au 31 août 2009, à 410.666 mines, soit 346.111 mines antipersonnel, 62.527 mines antigroupes et 2.028 mines éclairantes. Près de trois millions de mines antipersonnel, sur les onze millions posées par l’armée française durant la guerre sont encore disséminées le long des frontières Est et Ouest, selon les autorités algériennes.
Ces mines étaient destinées à empêcher les infiltrations de combattants de l’Armée de libération nationale (ALN) depuis le Maroc et la Tunisie. Rappelons que la France a officiellement remis le 20 octobre 2007, à l’Algérie, les plans de pose des mines placées par l’armée française entre 1956 et 1959, le long des frontières de l’Algérie avec la Tunisie et le Maroc pour empêcher les infiltrations de maquisards à partir de ces deux pays. Sur la base de ces indications, l’armée algérienne a découvert et détruit en 2008, 4.704 mines datant de la colonisation française le long des frontières Est et Ouest de l’Algérie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *