L’auteur du vol des onze millions d’euros toujours en fuite

Environ neuf des 11,6 millions d’euros volés dans un fourgon blindé jeudi à Lyon (centre-est), pour lesquels un convoyeur de fonds est actuellement recherché dans toute l’Europe, ont été retrouvés dans la même ville, a annoncé lundi le parquet de Lyon. Le convoyeur, Toni Musulin, qui s’était volatilisé jeudi avec le chargement du fourgon qu’il conduisait, pendant que ses deux collègues faisaient une halte dans leur société, reste traqué dans «toute la zone Schengen» et dans l’ensemble de l’Europe de l’Est.
Les enquêteurs ont découvert samedi dans un box plusieurs dizaines de sacs et cartons, pleins de coupures de 5 à 100 euros d’une valeur totale de 9,105 millions d’euros, dissimulés derrière un véhicule utilitaire loué par Toni Musulin. Ce box, situé non loin de là où avait été retrouvé le fourgon vide, avait été loué sous une fausse identité par Toni Musulin lui-même jusqu’au 31 décembre, et les enquêteurs, déduisant que l’homme comptait revenir chercher son butin, pensaient initialement lui tendre un piège. Mais certaines de ces informations ayant été divulguées dans la presse, les enquêteurs ont finalement annoncé la découverte lundi. Interpol a diffusé à la demande de la France une «notice bleue» à ses 185 pays membres, les invitant à transmettre des informations sur son identité et ses activités, a-t-on appris de source proche du dossier.
Les enquêteurs envisagent notamment une fuite «dans certains pays de l’Est, compte tenu des origines serbo-croates» du convoyeur français de 39 ans, employé du groupe de transport de fonds suédois Loomis depuis dix ans. «Il est parti avec 2,5 millions d’euros, c’est tout ce dont on est sûr. Rien ne permet d’affirmer qu’il se trouve à l’étranger ou en France», a rétorqué devant la presse le procureur de la République de Lyon, Xavier Richaud, ajoutant : «nous avons affaire à un solitaire». «Il était organisé, il avait prémédité sa fuite, mais il n’a semble-t-il pas pris toutes les précautions. Peut-être qu’il n’avait pas mesuré l’importance de sa fuite, et qu’il a été dépassé par l’importance de la somme», a renchéri Claude Catto, directeur de la police judiciaire de Lyon.
Les enquêteurs doivent par ailleurs se pencher sur les revenus de Toni Musulin avant le casse: outre une Ferrari, achetée 115.000 euros, il détenait au moins 100.000 euros sur ses comptes bancaires avant de les vider fin octobre. Il avait en outre investi, sous forme de prêt, 110.0000 euros dans une société civile immobilière à Lyon. Toni Musulin est devenu en quelques jours une star de l’Internet, où est saluée «l’audace» d’une échappée sans précédent. Sur le site de socialisation Facebook, le groupe «Tony Musulin, il a fui, il a tout compris» revendiquait lundi en début d’après-midi 7.000 membres, tandis qu’un autre salue le fuyard, «plus fort que Tony Montana», le héros mafieux du film «Scarface», joué par Al Pacino.
D’autres groupes font dans l’humour décalé: «Tony Musulin, veux-tu être notre ami ?» ou «Hé Tony Musulin, t’as une place dans ton fourgon ?».
Le site www.abrutishirt.com profite du «buzz» médiatique pour faire de l’argent : deux T-shirts à l’effigie de Musulin, dont l’un le proclamant «Best driver 2009», se vendent à 18 et 22 euros chacun sur la toile.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *