Le Bac, un passage obligé

Le « BAC » passage obligé pour l’université et de là au monde professionnel. Ses résultats ainsi que les conditions de son déroulement intéressent, tout le monde: élèves, enseignants, parents…  
Les avis concernant les conditions de son passage restent souvent contradictoires. Pour Ayoub El Idrissi, jeune de 19 ans, il vient de réussir son baccalauréat au lycée Moulay Abdellah à Casablanca, cette première session s’est déroulée dans des bonnes formalités. L’ambiance était favorable et les examens étaient à la portée des élèves qui ont bien préparé.  Seulement cet avis ne fait pas l’unanimité de tous les élèves.  Meryem. G. 18 ans élève au lycée Fatima Zohra. Elle, a loupé son épreuve. Elle estime qu’il y avait beaucoup de surprises et d’irrégularités. «Les surveillants ont empoisonné l’atmosphère. Ils ont mis trop de pressions sur les élèves».
Une position que les enseignants refusent pour A.R, un enseignant qui a assuré la surveillance lors des examens «Nous sommes des pédagogues et nous connaissons parfaitement comment surveiller sans perturber la concentration des élèves».  La première session est terminée une session de rattrapage est prévue du 3 au 5 juillet. La session de rattrapage pour les candidats libres et ceux de certaines branches techniques est prévue les 6 et 7 juillet. Seulement ces  sessions de rattrapage sont ouvertes uniquement  aux candidats qui ont eu entre 8 et 10 de moyenne générale et qui n’ont pas eu de zéro dans les matières principales . Il faut rappeler par ailleurs que cette année, le nombre de candidats aux épreuves du baccalauréat a atteint 230.659 élèves, soit une hausse de 35,66% par rapport à la session de juin 2002, sur un total de 173.503.Répartis entre l’enseignement public, privé  et des candidats libres. Selon plusieurs sources conformes, la hausse de 35,66 % de candidats est principalement due aux candidats libres.
Il faut rappeler aussi que cette année, les examens du baccalauréat ont eu lieu selon deux systèmes, étant donné que l’année scolaire qui vient de s’achever a été marquée par l’instauration du nouveau système qui consiste en un examen normalisé au niveau national .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *