Le calvaire des enfants sahraouis continue

L’article est publié alors qu’une délégation de Sahraouis qui s’est déjà rendue à Washington est en visite à Miami et en Floride, pour poursuivre les contacts visant à dévoiler la vérité sur les conditions de vie dans les camps de Tindouf en Algérie et les pratiques inhumaines qui y ont eu lieu et à démasquer le vrai visage des geôliers qui usent des moyens les plus abjects pour servir leurs propres intérêts. "The Miami Herald" raconte comment les Sahraouis  »sont séparés contre leur gré de leurs familles par un groupe de gauche, établi en Algérie, et envoyés à Cuba pour y subir un endoctrinement communiste ». Le journal raconte le calvaire enduré par les enfants sahraouis comme Mme Saadani Ma Oulainie dont  »les premiers souvenirs d’enfance sont la torture qu’a subie son père devant ses yeux par le Polisario alors qu’elle était âgée de cinq ans ».  »Ces souvenirs de jeunesse, poursuit le journal, sont ceux d’une séparation forcée, un vol pour Cuba, les plantations de canne à sucre, et une campagne continue pour la convaincre que Dieu n’existe pas et que Fidel Castro est la seule personne qu’elle doit connaître ». Le quotidien rapporte que Mme Ma Oulainie n’arrivait pas à décrire l’insoutenable torture subie par "son père accusé d’être un espion à la solde du Maroc".  »Nous avons été coupés de nos traditions, de notre religion, on nous faisait manger du porc », se rappelle Mme Ma Oulainie qui, souligne le journal, est l’une "des milliers d’enfants déportés à Cuba par le “polisario” pour y subir un endoctrinement communiste ».  »Quand je suis retournée au Sahara, mon père était mort. Des centaines d’enfants étaient devenus des orphelins pendant leur séjour forcé à Cuba », poursuit la jeune femme qui a passé 15 ans à Cuba sans aucun contact avec ses parents. La délégation espère que les témoignages sur les violations des droits de l’Homme et de corruption qu’ils livrent aideront à attirer l’attention sur le calvaire enduré par les Sahraouis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *