Le calvaire des personnes handicapées

Le calvaire des personnes handicapées

Plus de deux millions de personnes en situation de handicap (PSH) vivent au Maroc. Ce chiffre

, en hausse par rapport à la première enquête établie en 2014 par le ministère de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, représente le lourd pourcentage de 6,8% de la population. En plus d’être privés d’exercer leur droit de participation à la vie politique, ceux-ci n’ont toujours pas un accès facile à l’emploi. Tour d’horizon.

Si plus d’un demi-million de personnes en situation de handicap (25%) sont jugées «employables» au Maroc, sur le terrain la réalité est tout autre. A en croire la société civile, les politiques publiques sont loin d’arracher les personnes souffrant de handicap de la marginalisation dont elles souffrent. C’est du moins ce que laisse entendre Hayat Bennani, membre de l’Association Espoir Maroc qui lutte pour favoriser l’accès à l’emploi des PSH. Dans une déclaration à ALM, elle rappelle que le Maroc a accordé une attention particulière aux questions relatives au développement humain sans que cela puisse changer la donne quant à l’employabilité des personnes handicapées. Elle note ainsi que la demande dépasse largement les réalisations.

«Les progrès accomplis dans ce domaine ainsi que la grande place qu’occupent les dépenses et transferts sociaux dans le budget de l’État demeurent insuffisants, notamment en matière de consolidation des droits des personnes en situation de handicap», insiste-t-elle. Il est à souligner dans ce sens qu’à fin juin dernier, un projet de décret a été adopté par le Conseil de gouvernement. Élaboré par la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, le décret n° 2-16-145 remet en surface la question des quotas pour les personnes handicapées dans les administrations publiques. Toutefois, en attendant une plus grande prise en charge intégrative et surtout la concrétisation de ce quota défini à 7%, c’est la société civile qui semble reprendre ce chantier. Le premier octobre 2016, un forum spécialisé dans la promotion de l’emploi en faveur de cette cible sera tenu à Casablanca.

Plaidoyer pour l’égalité des chances

Connue sous le nom de «Handicap Maroc», cette initiative dont la deuxième édition démarre le premier octobre 2016 permet d’approcher les recruteurs potentiels et de les sensibiliser à cette question. «Ce forum est une occasion pour faire changer davantage le regard que les citoyens portent sur les personnes en situation de handicap.  Il réunit travailleurs en situation de handicap et employeurs afin de faire tomber les préjugés sur le handicap, et favoriser une meilleure insertion en entreprise», nous confie Hayat Bennani. Et d’ajouter : «Parler du volume des besoins à couvrir en matière d’intégration des personnes en situation de handicap, c’est évoquer, entre autres, les réponses aux lacunes qui persistent dans les prestations relevant de la scolarisation et de l’insertion professionnelle».

Ce plaidoyer, qui se base sur les principes de la non-discrimination et l’égalité des chances, s’étale sur d’autres aspects. En effet, à l’approche des élections est né « Mucharaka », un projet porté par le Collectif pour la promotion des droits des personnes en situation de handicap au Maroc et dont le premier objectif serait de sensibiliser à l’importance de l’exercice des PSH à un droit constitutionnel fondamental qui n’est autre que la participation à la vie politique du pays.  Le collectif en question procédera ainsi à l’observation, à travers tout le Royaume, de 1.000 bureaux de vote. Pour ce faire, il compte dépêcher sur les lieux pas moins de 275 observateurs lors des prochaines échéances électorales. Pour rappel, en plus de l’absence d’aménagement spécifique à ces personnes (bulletins en braille, isoloirs spéciaux…) pendant les dernières élections, 75,5% des bureaux de vote étaient inaccessibles, ou difficiles d’accès, aux personnes à mobilité réduite.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *