Le cambrioleur spécialiste des villas

Le parcours de Hamid dans sa quête pour le gain facile est riche en rebondissements. En 1995, il partait pour la France afin de suivre une carrière sportive. A cette époque, il était âgé de 17 ans, confiant en son avenir qui lui miroitait des perspectives prometteuses. Lors de son séjour dans l’Hexagone, ce natif de Rabat, issu d’une famille modeste, subirait des déboires qui le détournèrent de ses projets de future star, basculant définitivement dans la délinquance pure et dure. Ainsi, en 1997, il sera arrêté dans la banlieue parisienne pour braquage à main armée contre une institution financière, en duplicité avec trois autres individus dont l’identité est restée, à ce jour, sous le boisseau. Traduit devant un tribunal pénal, il écopera de 3ans de prison ferme avant d’être reconduit aux frontières. Avant la fin de l’an 2000, la chance lui sourit et emporte la bagatelle somme de 25 millions de centimes au PMU. Pour fructifier son blé, il s’achète un café au boulevard El Fatouaki et se marie pour donner le jour à un enfant. Mais Hamid, accoutumé à vivre sous un grand pied, reprendra bientôt du collier. Les recettes qu’il dégage de son commerce sont loin de couvrir ses dépenses colossales. Et ses vieux démons le poussent à constituer une bande spécialisée en rapine. Après quelques mois d’activités délictuelles, il est arrêté par la P.J de Rabat en possession de 3 kg d’or en bijoux, accusé derechef de vol qualifié dans des villas en connivence avec 3 compères qui le dénoncent en qualité chef de file. La chambre criminelle près la cour d’appel de Rabat le condamne à 1 an de prison au bénéfice du doute. Les 3 autres comparses purgent, chacun de son côté, 3 ans de réclusion. Bénéficiant de 2 mois de grâce, Hamid est relaxé au terme du dixième mois. Depuis, il quitte son quartier natal pour s’établir à Témara. Et il a fondé une autre bande. Le service préfectoral de la P.J de Rabat réussit finalement à mettre le grappin sur la nouvelle bande de Hamid.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *