Le CEDAW se félicite des réformes entreprises par le Maroc

Le CEDAW se félicite des réformes entreprises par le Maroc

Le Maroc a réalisé des avancées contre les discriminations à l’égard des femmes. Tel est le constat du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) réuni à Genève.
Le CEDAW, qui a rendu ses observations finales sur le rapport périodique présenté par le Maroc, s’est dit satisfait «des importantes réformes juridiques entreprises dans le domaine des droits de l’Homme et en particulier des mesures visant à éliminer les discriminations envers les femmes». Il a également exprimé sa «satisfaction de la ratification par le Royaume de la Convention des Nations unies contre la criminalité organisée transnationale et de la publication des deux Protocoles facultatifs à la Convention relative aux droits de l’enfant, de la réorganisation du Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH) conformément aux principes de Paris et d’autres instruments et organismes qui contribuent à la protection des droits fondamentaux des femmes».
Par ailleurs, le CEDAW a félicité le Maroc pour les différentes mesures qui visent à promouvoir les droits de l’Homme et plus particulièrement la stratégie nationale pour l’égalité entre les sexes, pour la lutte contre la violence à l’égard des femmes, l’éducation de base ainsi que dans le domaine des migrations. Malgré ces avancées, de nombreux défis se posent. En effet, bien que le Maroc ait ratifié la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1993 à Vienne, le cadre juridique n’est pas conforme aux différentes dispositions.  La discrimination persiste en raison des résistances socioculturelles, du faible niveau d’éducation, de l’insuffisance des infrastructures et des réseaux de soutien aux femmes victimes de violence. Ainsi, l’organisme onusien a exhorté le Maroc à sensibiliser davantage les femmes sur leurs droits. Il encourage aussi le Maroc à lutter contre les stéréotypes sur le rôle et les responsabilités des hommes et des femmes et les normes qui perpétuent la discrimination contre les femmes et les filles dans tous les domaines.
Le Comité invite le Maroc à promulguer les lois sur la violence envers les femmes et les filles notamment la violence domestique et de mettre en œuvre des mesures visant à assurer l’accès à des filles et des femmes à tous les niveaux d’enseignement. Selon le CEDAW, le Maroc doit renforcer les efforts en matière d’alphabétisation et prendre des mesures pour faire face aux résistances qui perpétuent la discrimination. Rappelons qu’en matière de lutte contre la violence à l’égard des femmes, un projet de loi est en cours de discussion et il est prévu l’institutionnalisation d’un Observatoire national.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *