Le chanteur d’Al Adl arrêté pour adultère

Le chanteur d’Al Adl arrêté pour adultère

Rachid Ghoulam, le célèbre chanteur d’Al Adl Wal Ihssane, a été arrêté par la police d’El Jadida, dimanche soir, en relation avec une affaire de mœurs. Selon des sources policières, l’arrestation de celui qui aimait se faire appeler «El Moutchou» est intervenue par pur hasard. Lors de cette soirée de dimanche, des policiers qui se livraient à des rondes de routine dans le quartier «El Berkaoui», réputé pour avoir abrité plusieurs homosexuels étrangers, avaient remarqué que Rachid Ghoulam pénétraient dans une maison connue pour accueillir des couples à la recherche de moments d’intimité.
Quand les policiers ont investi ledit local, ajoutent les mêmes sources, ils ont surpris Rachid Ghoulam en présence d’une jeune femme habitant la ville de Settat et qui était venue rendre visite à sa famille à El Jadida. Des sources informées indiquent que le chanteur d’Al Adl Wal Ihssane et la jeune femme, A.R. ne se connaissaient pas, mais qu’ils s’étaient rencontrés quelque temps auparavant avant de décider d’approfondir leur connaissance au quartier «El Berkaoui».
Les deux tourtereaux occasionnels, écroués la même soirée, devaient être présentés, hier lundi, devant le parquet d’El Jadida. Devant comparaître en état d’arrestation, ils seront poursuivis pour «adultère et incitation à la débauche» surtout que Rachid Ghoulam est marié et est père d’un garçon. A.R., elle, est célibataire.
Le quartier où avait été appréhendé Rachid Ghoulam et sa complice est célèbre pour avoir été le théâtre, ces derniers mois, d’au moins deux meurtres dont les victimes étaient des ressortissants étrangers ayant eu des relations homosexuelles avec leurs assassins.
Rachid Ghoulam s’est rendu célèbre en devenant le chanteur (Mounchid) attitré d’Al Adl Wal Ihssane. Né à Casablanca en 1972, son talent pour la musique et la chanson se manifeste dès son jeune âge et notamment après un concours télévisé auquel il avait pris part à l’âge de 13 ans. Il fera le reste de sa carrière dans les lieux huppés de la capitale économique avant de rejoindre les rangs de la Jamaâ d’Abdeslam Yassine. Pendant quelques années, il laisse tomber, de manière catégorique, chants et musique avant de renouer avec «Inchad» (chants religieux). En 2005, lors d’un entretien avec «Islam Online», il affirme que c’est Abdeslam Yassine en personne qui lui avait conseillé de mettre sa voix «au service du message divin». Lui, il mettra son talent également et d’abord au service d’Al Adl Wal Ihssane en animant l’essentiel des activités "artistiques" de cette dernière et notamment celles organisées par le secteur estudiantin de la Jamaâ. Il fait également des tournées au Golfe et en Europe. Il jouit d’une réelle notoriété, surtout en France dans, notamment, une mosquée de Lille qu’il fréquente assez souvent. L’une des dernières productions de cet artiste remonte à octobre dernier avec un album qu’il a baptisé «Rythmes de l’âme».
L’automne dernier, Rachid Ghoulam était poursuivi par la justice pour tenue de réunions illégales. Il comparaissait en compagnie de trois autres membres de la mouvance à Casablanca : les frères Abdelaziz et Abdellah Lemghari ainsi que Mohamed Chafai.
Al Adl Wal Ihssane se trouve dans un réel embarras avec cette nouvelle affaire. Surtout que la Jamaâ se fait un honneur de dépêcher des dizaines de membres de son secteur des avocats pour défendre les Adlistes, là où ils se trouvent.


 Trois mois de prison ferme pour l’imam Bahicham


Bensalem Bahicham, imam appartenant au mouvement Al Adl Wal Ihssane, a été condamné récemment à trois mois de prison ferme en relation avec des faits survenus l’automne 2006 à Khénifra. Il est accusé de se livrer aux prêches du vendredi, dans la mosquée Oum Rabiaâ, sans y être autorisé et d’appartenance à une association non reconnue.
En octobre 2006, les autorités de la ville étaient intervenues pour empêcher cet imam de perpétuer sa mainmise sur ladite mosquée. Les adeptes de Abdeslam Yassine avaient saisi l’occasion pour faire une démonstration de force sous prétexte de vouloir "défendre l’imam". Par la suite, le même imam a été arrêté au moment où, avec des dizaines de membres d’Al Adl Wal Ihssane, il assistait à une réunion de celles que la Jamaâ appelle «Majaliss Annassiha».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *