Le code de la famille expliqué à la jeunesse

La salle de réunions de Maillage était archicomble, ce samedi 10 avril dans l’après-midi. Des jeunes membres des associations du réseau organisateur sont venus de plusieurs villes du Royaume (Rabat, Salé, Meknès, Beni Mellal, Témara en plus de Casablanca) et en grand nombre pour assister à la rencontre organisée par Maillage. La rencontre avait pour thème « Les jeunes et le nouveau Code de la famille ».
Dans un élan de réflexion continue, l’idée de rapprocher les nouvelles notions du code de la famille d’un maximum de jeunes citoyens germait dans la tête des membres du réseau depuis l’entrée en vigueur du nouveau statut. Pour ce faire, les jeunes ont invité le professeur universitaire, Mohamed Al Azhar, enseignant de droit et auteur de plusieurs publications traitant justement du Code de la famille. Ils ont également invité la militante féministe, avocate et membre de l’UAF (Union de l’action féminine), Aïcha Akhmass, en plus de l’actrice très active dans le domaine associatif, Naïma Lemcharqui. Prenant la parole, le Pr. Al Azhar a d’abord loué l’initiative des jeunes de Maillage qu’il considère parmi les associations les plus modernistes dans notre pays. « Cela démontre que l’on peut attirer l’attention et véhiculer l’information grâce à la société civile, et, par conséquent, apporter de l’aide à l’Etat dans ce sens», a déclaré M.Al Azhar avant de se lancer dans l’explication point par point des plus importants changements qui ont marqué le nouveau code en question. La remarque du professeur est pertinente, puisque depuis l’entrée en vigueur du nouveau code et la fin des débats qui auront eu lieu tout au long du parcours du « réajustement », c’est le silence presque absolu. Il n’y a pas eu de suivi.
De son côté, Aïcha Akhmass, compte tenu de sa longue expérience dans le domaine des droits de la femme, a mis en exergue le grand apport du nouveau code. « Avant la nouvelle version du Code de la famille, la femme subissait des injustices flagrantes qu’aucun article de l’ancien texte ne pouvait réguler. Désormais, la femme sera au moins au courant de tout développement de sa situation en tant qu’épouse, mère et responsable de famille. Le tribunal est presque partie prenante dans chaque litige conjugal», a-t-elle déclaré. Parmi l’assistance se trouvaient trois gouverneurs, assis au milieu des jeunes et écoutant le déroulement des interventions. Il s’agit de Aziz Dades (Derb Soltane El Fida), Hassan Ben Barek (Bernoussi) ainsi que M. Belasri, gouverneur de Médiouna.
Discrètement, les trois hommes suivaient avec attention les interrogations des jeunes sur des points précis relatifs au nouveau code. L’on était loin des rumeurs qui avancent que la jeunesse est en total déphasage avec ce qui se passe dans le pays. La pertinence des questions et le grand intérêt manifesté par les jeunes gens ont démontré que nos jeunes ont besoin d’attention, d’écoute et de dialogue. Les gouverneurs ont été encore plus intéressés et ont fait part de leur souhait de voir cette initiative se reproduire dans toutes les préfectures de la ville blanche en y mêlant également les femmes au foyer dans les quartiers populaires. Les membres du réseau Maillage ont répondu favorablement et comptent effectivement organiser d’autres rencontres un peu partout dans les milieux défavorisés pour qu’un maximum de jeunes soient touchés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *