Le code de la famille, un projet moderniste

Zoulikha Nasri, Conseiller de SM Mohammed VI, qui intervenait lors d’une rencontre organisée par le secrétariat d’Etat chargé de la Famille, de la Solidarité et de l’Action sociale, à Rabat, a affirmé que le projet de Code de la famille, dont les grandes lignes ont été exposées par SM le Roi devant le Parlement, constitue un « événement distingué qui reflète l’émergence d’un projet moderniste basé sur l’attachement au référentiel islamique et à la démocratie ». De son côté, la secrétaire d’Etat chargée de la Famille, de la Solidarité et de l’Action sociale, Yasmina Baddou, a souligné que le projet de code de la famille «constitue une étape historique dans le développement de la société marocaine». Pour sa part, le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, a rappelé les mesures prises dans le cadre de la mise en oeuvre des dispositions de ce projet à travers la création de juridictions de la famille qui désormais disposent de registres spéciaux et de magistrats spécialisés. Le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, s’est, de son côté, attardé sur les concepts fondamentaux ayant présidé à l’élaboration du projet de code de la famille, soulignant le souci du Souverain de concilier entre les exigences du développement du pays et la garantie des droits de la famille, mettant l’accent sur la pertinence de l’initiative de SM le Roi, en qualité d’Amir Al Mouminine, relative à la réforme de la Moudawana. Latifa Jbabdi, présidente de l’Union de l’action féminine, a évoqué le rôle des associations féminines dans l’élaboration de ce projet, qui, selon elle, a consacré la justice, l’équité et l’égalité entre les conjoints, tout en garantissant le respect des droits de la femme et de l’enfant. De son côté, Mme Fatima Hassar, présidente déléguée de la Ligue marocaine de la protection de l’enfance, a souligné que les amendements introduits au projet de code de la famille viennent conforter la place de la femme au sein de la société et lever toute injustice qui pèse sur elle. Le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubâa a, à cette occasion, annoncé la création d’une commission au sein de son département, présidée par M’hammed Boucetta. Cette commission sera chargée de la coordination avec les centres d’écoute et de consultation juridique relevant des associations féminines dans certaines villes du Royaume afin de mettre à contribution leurs expériences.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *