Le collège Tighnari, un établissement qui promeut la culture de l’image

Le collège Tighnari, un établissement  qui promeut la culture de l’image

Situé sur une superficie de 8.000 m2, le collège Tighnari comprend 44 salles de classes, un internat abritant 136 élèves dont 21 filles et quatre terrains de basket-ball, volley-ball, handball et football, ainsi que trois grandes cours. Cet établissement scolaire, dont le nombre du corps administratif se compose de 16 personnes, dont 6 agents de service, a été créé le 1er octobre 1947 à Fquih Ben Salah. A leur tour, les élèves de cette institution se chiffrent à 521 dont 146 filles et le corps enseignant se compose de 32 professeurs dont 5 femmes. Quant aux classes, elles ont atteint le nombre de 16. Ainsi, l’établissement est constitué de 6 premières années du collège, 4 deuxièmes années et 6 troisièmes années. De surcroît, le collège Tighnari dispose d’une annexe à la commune de Beni Oukil. Les élèves s’y chiffrent à 118 dont 47 filles. Outre le surveillant général, le corps enseignant est composé de 9 personnes dans cette annexe. La particularité de cet établissement réside dans la création d’une salle de cinéma par l’INDH afin de promouvoir la culture de l’image. Par ailleurs, le collège Tighnari renferme un conseil pédagogique regroupant 15 membres, un comité de veille composé de 13 membres et l’association du soutien de l’école de réussite constituée de 13 membres. «En collaboration avec les conseils de classe, les conseils d’enseignement et les conseils précités, les corps administratif et enseignant se réunissent souvent pour débattre de tous les problèmes pédagogiques relatifs aux programmes scolaires, à la formation continue des professeurs, au soutien scolaire des élèves et à la lutte contre l’abandon scolaire», a déclaré Abdelmajid Tanani, directeur du collège Tighnari à Fquih Ben Salah. Aussi, un grand nombre de clubs créés dans l’établissement participent à l’intégration réussie de l’élève dans le processus pédagogique. C’est le cas du club de l’éducation aux valeurs citoyennes et aux droits de l’Homme (76 membres), le club des voyages (119 membres), le club culturel (83 membres), le club cinématographique (51 membres), le club sportif (119 membres ) et le club de l’environnement (43 membres). Et pour lutter contre l’abandon scolaire, 17 élèves exclus dont un élève à l’annexe de Beni Oukil, ont regagné les bancs de l’école. Par l’occasion, un pavillon pour les filles a été ouvert au collège. Ce qui a permis à 21 filles habitant dans des régions lointaines de rejoindre l’établissement scolaire. En outre, 16 bicyclettes ont été distribuées aux élèves (7 filles et 9 garçons) les plus démunis et habitant loin de l’établissement scolaire. A leur tour, 6 filles et 19 garçons de l’annexe de Beni Oukil ont bénéficié d’un don de bicyclettes. De plus, «118 élèves de l’annexe de Beni Oukil ont bénéficié de fournitures et de livres scolaires dans le cadre de l’opération «Un million de cartables. Nous avons aussi signé un accord de partenariat avec l’INDH dans le but d’équiper l’internat du collège de draps avec un coût de 45.000 DH. L’INDH a contribué à cette opération à hauteur de 40.000DH», a souligné le directeur de l’établissement. Parallèlement, d’autres mesures ont été prises afin de lutter contre la déperdition scolaire. C’est ainsi que l’association du soutien de l’école de réussite a élaboré un projet d’établissement qui s’assigne pour objectif d’améliorer la qualité de l’enseignement. Conçu sous le thème : «Partenaires pour un bel établissement scolaire et un enseignement de qualité», ce projet s’étale sur une période de 3 ans (2010-2012) et porte sur un grand nombre d’axes comme la lutte contre l’abandon scolaire et la concrétisation des rôles de la vie scolaire. Selon M Tanani, le coût global de ce projet de l’établissement s’élève à 314.900 DH.


Les ateliers, un bon espace d’épanouissement
Un élève a toujours besoin d’épanouissement pour poursuivre son parcours scolaire. Les ateliers semblent être un bon moyen pour satisfaire ce besoin. C’est pourquoi, l’enseignant peut veiller à la création d’ateliers au sein de la classe pour donner libre cours à l’imagination de ses élèves. Parmi ces ateliers, il peut créer celui de poterie et de céramique ou encore de cartonnage. En ce qui concerne la poterie et la céramique, ce sont deux disciplines qui vont généralement de pair. Dédiées à l’éveil du sens de la fantaisie et de l’imagination, ces activités permettent à l’élève de découvrir différentes formes et couleurs. Ces ateliers permettent aussi d’initier au façonnage, modelage et moulage manuel. A leur tour, les ateliers de cartonnage, permettent à l’enfant d’apprendre à fabriquer différents objets de la vie quotidienne comme un classeur, une boîte à crayons ou encore des cartes de vœux. Cette activité permet de recourir à des matériaux utilisés et qui sont entièrement recyclés, comme les cartons, les tissus et les papiers. Nécessitant un sens créatif de la part de l’élève, cette activité parascolaire peut contribuer à éduquer l’enfant à la préservation de l’environnement, en lui inculquant l’esprit et l’essence même du recyclage. En outre, d’autres opérations peuvent être rencontrées dans un atelier de cartonnage. Il s’agit, entre autres, du traçage, de la coupe, du montage, de l’assemblage et du collage.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *