Le fonds mondial contre le sida: Le Maroc récolte les dividendes de son assiduité

Le fonds mondial contre le sida: Le Maroc récolte les dividendes de son assiduité

Le Fonds mondial contre le sida a octroyé une rallonge de 37,4 millions de dollars au Maroc «en reconnaissance des efforts que ce pays déploie dans le cadre de la lutte contre cette maladie», apprend-on auprès du ministère de la santé vendredi dernier.

Dans un communiqué publié à Rabat, peu après la présentation par le ministre des deux premières années de la couverture médicale généralisée (Ramed) à laquelle ont été invités de nombreux médias, les responsables de ce département indiquent que ce nouveau financement vient en retour de la sincérité et de l’efficacité des engagements du Maroc en matière de lutte contre le  sida et de la bonne gestion des ressources qui lui ont été accordées dans ce cadre.

On précise que le «Fonds mondial pour la lutte contre le sida, la phtisie et la malaria» a accordé ce nouveau financement pour la période allant de 2014 à 2016 non seulement afin d’en faire profiter la lutte contre ces infections, mais encore, et plus généralement, afin d’améliorer l’efficacité du système de santé national. Ce dernier objectif a été qualifié de grande première par les services du ministère qui ont aussi relevé que le nouveau montant marque une augmentation de 74% par rapport à celui qui a été alloué pour la période 2011-2013.

La convention de financement qui a été signée le 7 mars et qualifiée par les parties de modèle inaugurant un nouveau type de partenariat entre le Fonds et les Etats est par ailleurs considérée par la partie marocaine comme un soutien saillant à sa feuille de route pour la période 2012-2016.

Les services du ministère rappellent à ce propos que 53% des séropositifs recensés au Maroc, soit 6.484 malades, ont été traités gratuitement aux rétrovirus, et que cette proportion est de loin supérieure aux 13%  réalisés dans les pays de la zone Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena).

Ces mêmes services annoncent que le diagnostic, le suivi et l’accompagnement des séropositifs et des tuberculeux ont fait de tels progrès que le sida est contenu à un seuil proche de 0,1% et que la lutte contre la tuberculose réalise 85% de succès. Source proche des services de lutte contre les MST, on précise que le ministère a organisé en 2012 et en 2013 deux grandes campagnes de diagnostic du sida dont celle de 2013 qui a permis de réaliser 460.867 tests, marquant ainsi une progression de 126% par rapport à celle qui l’a précédée. Sur ce chiffre, 73.053 tests ont été réalisés gratuitement au profit de femmes enceintes, ce qui représente 80% d’une population cible évaluée à 120.000 personnes.

Selon de récentes estimations, le nombre des personnes vivant avec le VIH/sida au Maroc s’élève à environ 30.000, et 74% de ces personnes ignorent qu’elles sont séropositives, a déclaré le ministre marocain de la santé. D’après ces mêmes données, le nombre de personnes déclarées séropositives s’élève à 8.040 cas à octobre 2013 alors que le pourcentage des personnes atteintes du virus se stabilise à 0,11%.

Pour la présidente de l’Organisation panafricaine de lutte contre le sida (OPALS), Nadia Bezzad, l’affaire est plus grave puisque chaque jour dix nouvelles infections sont diagnostiquées, quatre personnes meurent du sida et 100 bébés naissent séropositifs. Pire, affirme-t-elle, «la tendance est à la hausse, notamment chez les jeunes dont le nombre est estimé à 6 millions, (soit 20 % de la population)».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *