Le gouvernement andalou et la filière andalouse des fruits rouges s’allient

Le gouvernement andalou et la filière andalouse des fruits rouges s’allient

Pour garantir un séjour en Espagne dans des conditions optimales d’intégration des saisonnières marocaines

Le conseiller régional en charge de la présidence, de l’administration publique et de l’intérieur au gouvernement régional andalou, Elias Bendodo, en sa qualité de président délégué de la Fondation Trois cultures de la Méditerranée et le président de l’Association interprofessionnelle de la fraise andalouse (Interfresa), José Luis Garcia Palacios, ont signé, lundi à Séville, un protocole général de coopération pour l’accompagnement des saisonnières agricoles marocaines recrutées dans la province de Huelva, a indiqué un communiqué du gouvernement andalou.

La cérémonie de signature, qui a eu lieu dans le pavillon Hassan II au siège de la Fondation Trois cultures de la Méditerranée, s’est déroulée en présence du consul général du Maroc à Séville, Farid Aoulouhaj et le directeur de la Fondation, José Manuel Cervera.

La signature de ce protocole est «une preuve de l’intérêt que la Fondation, le gouvernement andalou et l’association patronale partagent pour le développement d’activités qui favorisent la participation et l’intégration sociale, économique et culturelle de la communauté marocaine travaillant dans la société andalouse», souligne le communiqué.

La Fondation confirme, à travers ce protocole, son ambition d’impulser le dialogue entre Interfresa et les autorités marocaines compétentes en matière de travail et d’intégration des Marocains résidant à l’étranger, «pour répondre aux requêtes des travailleurs et garantir un séjour en Espagne dans des conditions optimales d’intégration», affirme l’Exécutif andalou dans son communiqué. Il a relevé «le grand engagement» du gouvernement marocain, notamment des ministères des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration et du travail et de l’insertion professionnelle pour offrir les meilleures conditions possibles aux ouvrières agricoles, à travers le programme IntegrArte, mis en place par la Fondation avec le concours des autorités marocaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *