Le Groupe El Hanouichi devant la Cour d’appel

Quarante-six membres du groupe El Hannouichi de la cellule dite de Meknès seront déférés, le 19 novembre, devant la Chambre criminelle (1er degré) de la Cour d’appel de Rabat, a-t-on appris, lundi, de source judiciaire. Le juge d’instruction a décidé d’engager des poursuites contre sept prévenus en état de liberté provisoire, indique-t-on de même source, précisant qu’un mandat d’arrêt a été lancé contre deux mis en cause en fuite.
Vingt-huit personnes détenues à la prison civile de Salé dans cette même affaire ont été relaxées pour manque de preuve, ajoute-t-on de même source. Les mis en cause sont poursuivis, chacun en ce qui le concerne, pour association de bande criminelle dans le but de préparer et de commettre des actes de terrorisme, atteinte à la vie et à la sécurité des personnes, vol, racket, sabotage, torture, falsification de documents administratifs, détention d’explosifs, dissimulation d’objets provenant d’un crime terroriste ayant un rapport avec un projet collectif qui vise à porter atteinte à l’ordre public, réunions publiques sans autorisation, exercice d’activités au sein d’une association non reconnue et aide à l’évasion d’un détenu.
Il ressort du procès-verbal de la police judiciaire que le dénommé M. B et T. E figuraient parmi le groupe terroriste formé par Abdelouhab Rabiî et Ahmed Slimani, condamnés en septembre dernier à la peine de mort après avoir été accusés pour meurtre prémédité du rédacteur judiciaire en fonction au tribunal de première instance de Nador. Rabiï et Slimani sont les auteurs de l’assassinat à l’arme blanche, en connivence avec d’autres accusés, de l’ancien chef de la Division des Affaires générales de la préfecture de Méknès, d’un gendarme, d’un auxiliaire d’autorité et d’un citoyen marocain de confession juive.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *