Le Japon ravi de soutenir l’INDH

Le Japon ravi de soutenir l’INDH

ALM : Quel bilan feriez-vous de la dernière visite effectuée par SM le Roi Mohammed VI au Japon ?
Seigi Hinata : Cette visite était très positive, dans le sens du raffermissement des liens d’amitié entre le Japon et le Maroc. C’est très important pour nous, parce que c’était la première fois que le Japon a eu le grand honneur de recevoir le Roi du Maroc comme hôte d’Etat. Pendant les trois journées d’évènements officiels, tout s’est bien passé. En plus, il y avait des entretiens, des accords importants qui ont été signés. Parmi ces derniers, il y a ceux qui portent sur le renforcement de la coopération entre le Japon et le Maroc.
Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est mettre en œuvre ce que nous nous sommes engagés à faire, c’est-à-dire soutenir le projet de l’INDH (initiative nationale du développement humain). Nous avons signé des contrats de dons avec douze associations marocaines qui, toutes, travaillent dans le monde rural marocain pour y réaliser des objectifs de développements importants. Nous allons, par exemple, contribuer à l’aménagement de pistes rurales, l’extension d’une école primaire ou bien l’irrigation de leur système khettaras.

Sur quels critères ces douze associations marocaines ont-elles été sélectionnées ?
Nous choissions toujours principalement selon les demandes émanant des associations. Si vous êtes représentant d’une association, ONG marocaine, qui travaille dans le secteur social, économique ou même culturel, vous pouvez nous présenter une requête dans ce sens. Nous étudions ensuite si votre association peut faire l’objet de notre don.

Les relations entre le Maroc et le Japon sont particulières. Quelle est la spécificité de cette coopération maroco-japonnaise ?
Il y a plusieurs éléments qui font que les relations entre les deux pays sont toujours excellentes. D’abord, nos deux pays partagent une culture très ancienne. Ensuite, entre notre famille impériale et la famille royale, il existe des liens d’amitié depuis les années 80. Et ça continue toujours. Ces relations priviligiées entre ces deux familles sont largement partagés par les deux populations. C’est là, la spécificité essentielle de notre coopération bilatérale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *