Le manque de sommeil augmente le risque de dépression

Le manque de sommeil augmente le risque de dépression

Le manque de sommeil accroît le risque de dépression et de pensées suicidaires chez les adolescents, selon une étude de l’Université Columbia publiée aux Etats-Unis. Selon cette étude menée auprès de 15.659 collégiens et lycéens, le risque de dépression chez des adolescents qui vont se coucher habituellement après minuit est supérieur de 24% à celui des enfants envoyés au lit avant 22HO0. Les couche-tard sont en outre plus nombreux à avoir des idées suicidaires: 20% de plus que chez les couche-tôt, selon cette recherche publiée vendredi dans la revue «Sleep». «Les résultats de cette étude apportent la preuve supplémentaire qu’un sommeil bref pourrait jouer un rôle dans l’analyse des causes de la dépression», écrivent les auteurs de l’étude dirigée par le professeur James Gangwisch, de l’université new-yorkaise. «Envoyer les adolescents se coucher plus tôt pourrait par conséquent les protéger de la dépression et des idées suicidaires en augmentant la durée du sommeil», ajoutent-ils. L’Académie américaine de la médecine du sommeil recommande que les adolescents dorment un peu plus de neuf heures par nuit. «On pense communément que les adolescents ont moins besoin de dormir que les pré adolescents», relève le Dr Gangwisch. «Des études montrent pourtant que les adolescents pourraient bien avoir en fait besoin de davantage de sommeil». Selon lui, il est fréquent que les adolescents ne se couchent pas assez tôt pour compenser le fait qu’ils commencent l’école plus tôt que les enfants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *