Le Maroc compte 830 réfugiés reconnus

Le Maroc compte 830 réfugiés reconnus

Le Maroc abrite près de 830 réfugiés reconnus. Ces personnes placées sous la protection du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés au Maroc (HCR) à Rabat , sont originaires essentiellement  de la Côte d’Ivoire, de la République démocratique du Congo (RDC) et d’Irak. Quant aux demandeurs d’asile, leur nombre se situe autour de 500. C’est ce qui a été indiqué lors d’une rencontre tenue vendredi 20 juin à Rabat à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des réfugiés. Le thème retenu cette année est «Protéger les réfugiés : rebâtir des vies dans la sécurité et la dignité». L’occasion d’attirer l’attention sur la situation difficile des réfugiés dans le monde entier.
Lors de cette rencontre, le représentant du HCR, section du Maroc, Johannes Van Ver Klaaw, s’est félicité des efforts déployés par le Maroc en vue de garantir les droits fondamentaux des réfugiés. «Grâce à l’adhésion de nombreux partenaires et de l’aide continue des autorités marocaines, une amélioration a été enregistrée au niveau de la sécurité et des conditions de vie des réfugiés reconnus de la part du HCR au Maroc» a-t-il relevé. A cette occasion, M. Van Ver Klaaw a mis l’accent sur la nécessité d’unifier les efforts pour élaborer des mécanismes juridiques définissant les personnes qui ont la qualité de réfugiés pour leur permettre d’accéder au marché du travail et au service public élémentaire. 
Notons que la coopération avec le Maroc en matière de protection des droits des réfugiés avait été concrétisée par la signature d’un accord de siège avec le HCR le 20 juillet 2007, qui permet ainsi à ce dernier d’avoir une représentation officielle à Rabat. «Cet accord constitue un évènement historique dans la protection des réfugiés au Maroc et dans la région. Grâce à cet accord, le HCR a effectué sa mission en collaboration avec des partenaires au Maroc», a affirmé le représentant du HCR au Maroc. Cet accord  de siège illustre ainsi la volonté du gouvernement marocain de mettre en place des mesures juridiques et institutionnelles pour la gestion des questions liées à l’asile et aux réfugiés.
L’ambassadeur-directeur des affaires consulaires et sociales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Jawad Hamdi, a indiqué pour sa part que les autorités marocaines ont démantelé, depuis 2004, près de 1800 réseaux spécialisés dans la traite des humains. Il a également précisé que l’immigration illégale vers l’Espagne à partir du Maroc a baissé de 80%. Les mesures incitatives pour le retour volontaire appliqué par le Maroc ont permis le rapatriement de 8500 personnes depuis 2004. Selon M. Hamdi , le véritable problème réside dans la difficulté d’établir  la distinction entre le réfugié et la personne qui franchit les frontières pour des raisons économiques. Le droit à l’asile est défini  selon des dispositions spécifiques contenues dans la convention des Nations Unies pour la protection des réfugiés qui ne spécifie pas les nouvelles problématiques conjoncturelles.
Les pays sont amenés à actualiser la réglementation pour le traitement de ces problèmes dans le cadre du respect des droits fondamentaux des réfugiés. Rappelons qu’une convention de partenariat avait été signée en février 2008 à Rabat entre le HCR et l’Association marocaine d’appui à la promotion de la petite entreprise (AMAPPE) pour garantir l’insertion socio-économique des réfugiés au Maroc.
Dans une note explicative datant de décembre 2007, le HCR au Maroc avait précisé qu’il envisageait de mettre sur pied des micro-projets permettant aux réfugiés de créer eux-mêmes leurs sources de revenus et assurant leur auto-suffisance.


Les réfugiés dans le monde


Les statistiques mondiales relatives aux réfugiés et au déplacement forcé en 2007, qui ont été publiées mardi dernier par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, indiquent que les Somaliens constituent le cinquième groupe de personnes réfugiées et le sixième groupe de personnes déplacées internes les plus importants parmi les personnes relevant du mandat de l’UNHCR dans le monde, et le deuxième groupe de demandeurs d’asile après les Irakiens. Ces nouvelles statistiques indiquent que, fin 2007, quelque 11,4 millions de réfugiés au total se trouvaient hors de leur pays et que 26 millions d’autres personnes étaient déplacées à l’intérieur de leurs propres frontières par un conflit ou des persécutions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *