Le Maroc et l’Espagne à l’heure des Canaries

Le Maroc et l’Espagne à l’heure des Canaries

La proximité géographique dicte la loi du rapprochement. Entre le Maroc et les îles Canaries, les liens géographiques naturels sont de nouveau visibles grâce à la volonté politique. La visite au Maroc, du 16 au 18 mai, du président du gouvernement autonome des Iles Canaries, Adan Martin, se concrétise par de nouvelles mesures. Adan Martin a tenu une conférence mardi à Madrid, suite à sa rencontre avec le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero.
Le président du gouvernement autonome des Canaries a déclaré avoir informé M. Zapatero de sa «satisfaction des objectifs atteints durant sa récente visite officielle au Maroc». Adan Martin a également rendu publique une information qui confirme l’inauguration d’une nouvelle page entre le Maroc et les Canaries. Il a précisé que M. Zapatero a accueilli «avec intérêt» la proposition selon laquelle les Canaries sont désignées, eu égard à leur proximité des côtes marocaines, à abriter la prochaine réunion de haut niveau entre le Maroc et l’Espagne ou «d’autres rencontres» du genre. Cette proposition a été qualifiée de «magnifique» par José Manuel Soria, président du parti de l’opposition (PP) aux îles Canaries. Il a ajouté que le président du gouvernement autonome des Canaries bénéficiera de «l’appui total» du Parti populaire pour aboutir cette initiative. Selon la MAP, les déclarations du chef de l’opposition aux Canaries ont été reprises par «plusieurs médias espagnols». M. Soria s’est également félicité de l’amélioration du cadre des relations économiques, commerciales et industrielles bilatérales. Des contacts ont été pris entre les Chambres professionnelles des deux parties en vue de créer une zone franche à Laâyoune. Il sera assigné à cette zone franche le rôle de constituer une plate-forme pour les échanges commerciaux avec les pays d’Afrique de l’Ouest.
L’autre sujet de coopération entre les deux parties concerne la lutte contre l’immigration clandestine. Il ne passe pratiquement pas une semaine sans que des personnes cherchant à atteindre les Canaries ne soient arrêtées. Ces candidats à l’immigration viennent généralement des pays de l’Afrique subsaharienne. La semaine dernière, 72 candidats ont été arrêtés au sud de Laâyoune par la Gendarmerie royale. Cette même gendarmerie avait interpellé le 7 mai près de Laâyoune 127 Subsahariens qui tentaient d’atteindre les côtes des Canaries. Et ce n’est que le moindre des partenariats auxquels les deux parties sont appelées à concrétiser.
D’autres suivront au grand dam du polisario qui voit s’évaporer comme un mirage la citadelle qu’il considérait comme sa base arrière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *