Le Maroc manque de sang : Les donneurs se font rares

Le Maroc manque de sang : Les donneurs se font rares

Les Marocains continuent d’être réticents quand il s’agit de faire don de leur sang. La peur des aiguilles, du sang ou encore l’idée selon laquelle il y aurait des risques de transmission virale ou infectieuse lors du don expliquent cette situation. Au Maroc,  le pourcentage de donneurs par rapport à la population n’est que de  0,85%, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un taux minimum de 1% afin de répondre aux demandes. En raison des réserves «très fragiles» et d’une demande toujours accrue, une campagne nationale a été lancée  le 8 mars à Fès par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Cette opération qui se poursuit jusqu’au 24 mars sous le slogan «Chaque don de sang peut sauver trois vies. Nous pouvons tous être des héros», vise à  sensibiliser la population quant à l’importance du don du sang qui permet de sauver des accidentés mais aussi des malades qui ont besoin chaque jour de produits sanguins (cancers, leucémies, maladies héréditaires). Il n’est pas inutile de rappeler à ce sujet que la régularité des dons est indispensable car le sang a une durée de vie courte (42 jours pour les globules rouges, 5 jours pour les plaquettes).
A travers cette initiative, il est question d’augmenter de 28% le nombre de dons pour l’année 2013 et de reconstituer un stock de sécurité en poches de sang égal à la consommation de quatre semaines (40.000 dons). Pour le succès de cette campagne qui a nécessité un montant global de 12,5 millions de dirhams, d’importants moyens humains et logistiques ont été mobilisés, notamment 37 équipes de prélèvements (185 professionnels de la santé) et 46 cadres chargés de la supervision et de l’appui de la campagne. A noter que les opérations de don peuvent être réalisées au niveau des 16 centres régionaux de transfusion sanguine, des 13 banques de sang et des 24 antennes de transfusion. Trois unités mobiles de collecte sont également prévues. Ces unités se  déplaceront  au niveau des lycées, des universités, des mosquées, des places publiques, des cités universitaires et des hôpitaux.
Pour inciter les Marocains à faire don de leur sang, deux axes s’imposent, à savoir une communication de proximité et des campagnes de fidélisation.  Celles-ci sont les plus importantes, car un donneur ayant déjà fait don de son sang a plus de chance de revenir. En effet, les donneurs reviennent d’autant plus fréquemment que l’expérience vécue lors du don est positive.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *