Le Maroc participe au Sommet latino-arabe

Le Maroc participe au Sommet latino-arabe

Une importante délégation de hauts responsables du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, ainsi que du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, prend part aux travaux du Sommet latino-arabe, qui s’est ouvert hier dans la capitale argentine, Buenos Aires. La délégation marocaine, qui sera présidée par le ministre des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, procédera, aux côtés de 34 autres délégations représentant différents pays arabes et latino-américains, à «l’examen des perspectives de coopération dans divers domaines, afin de renforcer le rapprochement entre les deux régions, au service de la coopération Sud-Sud», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Cette réunion, initiée en 2005 sous l’instigation du Royaume du Maroc, intervient à la suite du Sommet de Brasilia, tenu les 10 et 11 mai 2005, sous la présidence du président de la République fédérative du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva. Ce sommet historique, dont le processus préparatoire s’était déroulé les 24 et 25 mars 2005 à Marrakech, avait été sanctionné par l’élaboration de la célèbre « Déclaration de Brasilia ». L’élaboration et la finalisation de cet acte fondateur se sont donc déroulées à Marrakech, il s’agissait de marquer un signe de reconnaissance du rôle précurseur qu’avait joué le Royaume dans la naissance et le renforcement du Sommet réunissant 34 pays du monde arabe et ceux de l’AMSUD (Amérique du Sud). Cette Déclaration avait tracé la feuille de route de la coopération Sud-Sud, englobant différents secteurs d’intérêt commun, dont l’économie, la paix, la sécurité, les droits de l’Homme, le désarmement, la non prolifération des armes de destruction massive, le développement durable dans la justice sociale, en particulier l’éradication de la faim et de la pauvreté, ainsi que la protection de l’environnement. Côté politique, les 34 pays affirment leur adhésion et plein respect des principes de souveraineté et d’intégrité territoriale des Etats et de la solution pacifique à tous les conflits et questions internationales, régionales et bilatérales, en accord avec le droit international et la Charte des Nations Unies et via des canaux diplomatiques en place, y compris par le biais de négociations directes. Dans cette Déclaration, les participants soulignent également leur disposition à coopérer dans le cadre de la lutte antiterroriste, sous toutes ses formes, dans le cadre des Nations Unies et des organisations régionales compétentes, reposant sur le respect des objectifs et principes de la Charte des Nations Unies et en parfaite harmonie avec les principes du droit international et des droits de l’Homme. Sur ce même registre, les 34 pays représentés évoquent l’importance de renforcer la coopération et la coordination en matière d’échange d’informations et de connaissances techniques, de même que de développer des organes spécialisés dans la lutte contre le terrorisme.
Au-delà de la question sécuritaire, la coopération scientifique occupe une grande place. Pour cette nouvelle édition du Sommet Arabes-AMSUD, le volet scientifique ne sera pas en reste. Le Maroc a dépêché une forte délégation constituée de hauts responsables de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la Recherche scientifique.
Outre ce volet, il sera question de faire le point sur les réalisations acquises depuis le lancement de ce sommet bi-régional destiné à insuffler une nouvelle impulsion à la coopération entre deux régions qui ont beaucoup d’affinités sur le plan politique, économique et culturel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *