Le Maroc pour un renforcement d’une culture de l’écoute de l’autre

Le Maroc pour un renforcement d’une culture de l’écoute de l’autre

Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Youssef Amrani, a appelé, lundi à Marrakech, au renforcement mutuel d’une culture de l’écoute de l’autre dans la valorisation des actions communes et dans l’accomplissement des missions respectives. «Nous devons nous renforcer mutuellement dans l’instauration d’une culture de l’écoute de l’autre, dans la valorisation de nos actions communes et dans l’accomplissement des missions respectives», a dit M. Amrani à l’ouverture des travaux de la réunion des experts tenue dans le cadre de la 6ème édition du Forum pour l’Avenir. Et de poursuivre : «Nous devons dissiper le sentiment de méfiance, d’appréhension et de peur qui naît et se pérennise en raison de l’ignorance de l’autre». «En contrepartie, nous sommes en droit d’exiger que notre société civile agisse de façon positive, raisonnable, transparente et objective, afin que sa contribution soit complémentaire et utile», a estimé M. Amrani. Il a fait savoir, dans ce sens, que le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, a opté volontairement pour la démocratie qu’il assume pleinement, notant que le Royaume, par le biais d’un vaste chantier de réformes politiques, économiques et sociales, ambitionne de consolider son projet de société moderne, démocratique et ouverte sur son environnement régional et international. «Le champ des libertés individuelles et collectives s’est considérablement élargi suite à de multiples réformes législatives et institutionnelles», a expliqué ce diplomate, rappelant que ce champ des libertés a favorisé l’émergence d’une société civile active, agissante, dynamique et influente qui a su s’approprier un positionnement privilégié sur l’échiquier national, régional et local. «La société civile au Maroc est un motif de fierté eu égard aux nombreux succès enregistrés sur des thématiques tels que les droits de l’enfant et de la femme», a-t-il ajouté. Après avoir rappelé que ce Forum se tient dans un contexte international et régional sensiblement différent des éditions précédentes, M. Amrani a mis l’accent sur les profondes mutations produites récemment par la crise financière internationale, tant au niveau politique qu’aux niveaux économique et financier.
«Il nous appartient de réfléchir sereinement pour mieux saisir les enjeux inhérents à ces mutations d’envergure internationale et pour concevoir aussi les scénarios futurs pour la région MENA», a-t-il souligné. Le modèle démocratique est incontestablement l’un des vecteurs essentiels pour la promotion de la paix, de la stabilité et de la prospérité, a ajouté M. Amrani, relevant que la démocratie n’est pas «une potion magique» censée guérir instantanément tous les maux, mais il s’agit, plutôt, d’une culture vivante qui prend racine avec du temps, de la patience, de l’abnégation et de la persévérance.
Il n’a pas manqué de souligner, dans ce sens, que la mise en œuvre des modèles démocratiques demeure différenciée d’un pays à l’autre, car chaque pays a ses propres spécificités, son contexte et sa richesse culturelle alors que les valeurs et les principes démocratiques restent universels. «Les principes et valeurs de la tolérance et du respect d’autrui sont, assurément, des constantes fondamentales», a dit M. Amrani.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *