Le Maroc réaffirme son engagement indéfectible

«Le Maroc est parmi les pays les plus respectueux des normes internationales de lutte contre le trafic des personnes. Son engagement fort dans ce domaine a été internationalement reconnu et salué», a affirmé  Omar Zniber, dans une intervention lors du débat général des chefs de délégation participant au Forum sur l’Initiative globale de lutte contre le trafic des êtres humains, ouvert mercredi à Vienne, en présence de 1500 participants. Ce Forum a pour but d’établir un réseau pour la mise en oeuvre d’une stratégie de dimension mondiale fondée sur la coopération entre tous les intervenants étatiques, d’Organisations internationales, les fondations et ONG. Le principal objectif est de renforcer l’action au niveau de la prévention et de la répression des réseaux criminels organisés impliqués dans cette forme d’esclavage moderne. Concernant son engagement international, a fait remarquer M. Zniber, le Maroc estime que la coopération à ce niveau est l’un des piliers de la lutte contre ce fléau, basant sa démarche sur le principe de la responsabilité partagée avec ses partenaires. Dans ce sens, le diplomate marocain s’est félicité de la coopération du Royaume avec plusieurs pays, notamment l’Espagne, la France, l’Italie et l’Egypte pour mener à bien des enquêtes et traduire les trafiquants en justice. Il a, en outre, fait état de la vigilance qui caractérise l’action constante des autorités locales, des services de sécurité et des Forces armées royales pour avorter les tentatives de trafic des personnes ou d’immigration clandestine en général. Au Maroc, plus de 300 réseaux criminels ont été démantelés en 2005 et plus de 70 suspects arrêtés en 2006, dont certains d’entre eux étaient des trafiquants étrangers et des agents d’autorité marocains. Le Maroc a également pris des mesure draconiennes visant à renforcer les sentences infligées aux trafiquants inculpés et à mettre en place un système plus efficace pour le repérage des victimes du trafic parmi les immigrants clandestins, a rappelé M. Zniber. Il a en outre estimé que la dimension socio-économique n’est pas négligée, ajoutant que le Maroc appelle ses partenaires à ne pas se focaliser sur l’aspect sécuritaire et à privilégier le traitement économique de la problématique migratoire en général à travers le co-développement, générateur de croissance et d’emplois pour fixer les candidats potentiels.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *