Le message des enfants artisans

Dimanche dernier, la grande salle de la préfecture de Fès-Médina était archicomble. Des représentants de la société civile marocaine et française, les autorités locales, la représentante de l’Unicef au Maroc et un large public d’enfants travaillant dans les ateliers de cuir, de cordonnerie, de céramique et de dinanderie, ont été au rendez-vous avec le raid humanitaire.
Cette action a été organisée par l’Association française « 4L Trophy », une jeune association d’étudiants basée à Rennes, en collaboration avec l’Unicef-Maroc, au profit des enfants artisans de Fès. L’objectif de cette rencontre entre étudiants français et enfants marocains travaillant dans le secteur de l’artisanat est de lancer les jalons d’une coopération sur les projets de développement durable initiés par la wilaya de Fès et l’Unicef.
Lors de cette manifestation, animée par des éducateurs de l’Association marocaine de planification familiale (AMPF) et de travailleurs volontaires de la délégation régionale de l’artisanat, les enfants, qui se trouvent condamnés à travailler dès leur jeune âge dans le secteur de l’artisanat, ont exprimé leurs doléances à travers les chants en chorales et la présentation de pièces de théâtre sur des thèmes s’articulant autour de leur situation. Ils ont ainsi relaté leurs conditions déplorables et parlé de leurs familles nombreuses, du chômage des parents, de leur ignorance, de la dislocation de la cellule familiale et des charges pénibles auxquelles ils sont confrontés.
A cette occasion, ils ont distribué aux étudiants français des dessins et autres présents confectionnés par leurs soins pour exprimer et expliquer, de manière artistique, leurs problèmes quotidiens en milieu socioprofessionnel. Et de solliciter ainsi un programme éducatif plus élaboré et des loisirs mieux organisés, affirmant que l’école demeure un vain vocabulaire pour leurs parents. Ils n’y croient pas et estiment qu’elle n’est guère porteuse de réussite et de chance pour leurs rejetons.
Véhiculant des messages d’espoir et de paix, les petits artisans de Fès, tout en gardant leur optimisme, ont remis aux autorités locales présentes et à la représentante de l’Unicef, une pétition de 700 signatures exprimant leur rejet du travail. Ils ont également formulé le voeu que ce document puisse être pris en considération et contribuer à apporter des solutions claires et efficaces pour la crédibilité du projet.
Il est à souligner que le raid humanitaire, organisé par l’Association française « 4L Trophy », est formé de 180 véhicules, conduits par 360 étudiants âgés entre 18 et 25 ans. L’Association française devait procéder à la distribution de fournitures scolaires aux enfants artisans membres des centres de protection de l’enfance dans l’objectif de lutter contre le travail précoce et non réglementaire de cette jeune catégorie sociale. Ce raid humanitaire, qui vise à établir une coopération durable avec le Maroc, par le biais de l’Unicef, pour la concrétisation du programme pilote concernant l’éradication du travail des enfants de moins de 15 ans et leur insertion scolaire, a également d’autres objectifs. Il s’agit d’activités de sport, comme la traversée des pistes, et de découvertes touristiques d’autres régions du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *